Facebook
Instagram
Dailymotion
Newsletter

Jean-Marie Klinkenberg

Jean-Marie Klinkenberg est professeur émérite en sciences du langage à l’Université de Liège.  Ses recherches se sont orientées dans deux directions : celle de la linguistique et de la sémiotique d’une part, celle des cultures francophones d’autre part.

Dans le domaine linguistique et sémiotique, il a fait sa marque en rénovant la rhétorique, dès la fin des années 1960, au sein de l’équipe interdisciplinaire mondialement connue sous le nom de Groupe µ, auteur collectif de Rhétorique générale (Larousse, 1970 ; un classique des sciences humaines, traduit en une vingtaine de langues et maintes fois réédité), de Rhétorique de la poésie (Complexe, 1977) et d’autres ouvrages, dont Traité du signe visuel (Seuil, 1993).

Dans le domaine des cultures francophones, il a renouvelé l’approche des lettres belges, en envisageant celles-ci dans une optique sociale et institutionnelle, aisément transposable aux autres cultures francophones qu’il a étudiées, comme la québécoise. Il a contribué à dynamiser la recherche dans ces secteurs : il a ainsi été, douze années durant, président du plus ancien Centre d’études québécoises d’Europe, a créé à Liège le Centre d’études de la littérature belge et le Laboratoire des francophonies, et a contribué à fonder l’Association internationale des études québécoises.

Il a organisé une septantaine de congrès et de colloques dans ces domaines de recherche, et il est l’auteur de plus de 600 travaux, traduits en une vingtaine de langues.

Sa production personnelle ne l’a pas empêché d’œuvrer à la dynamisation de la recherche. Il a par exemple été élu à quatre reprises président de l’International Association for Visual Semiotics ; il a été à plusieurs reprises représentant de la Belgique à l’International Advisory Board de l’International Association for Semiotic Studies ; il est directeur de la doyenne des revues de linguistique française, Le français moderne. Par ailleurs, il a siégé comme expert dans diverses instances scientifiques comme le CNRS et la MSTP (direction scientifique des sciences de l’homme et humanités – Ministère de la Recherche et des Nouvelles technologies – France). Il a aussi été professeur visiteur sur cinq continents, de Mexico à Tel-Aviv et de Montréal à Jyväskylää.

Jean-Marie Klinkenberg est aussi un intellectuel soucieux de mettre son savoir à la disposition de la société : consultant auprès de maisons d’édition (comme Larousse), il a aussi exercé diverses fonctions publiques. Il est par exemple actuellement président du Conseil de la langue française et de la politique linguistique de Belgique, charge qu’on lui a confiée à trois reprises. Il a également effectué de nombreuses missions d’expertise et de consultance.

Ses mérites ont été reconnus de nombreuses fois :

  • titulaire de nombreux prix scientifiques, il a occupé à trois reprises la prestigieuse chaire Francqui (à l’Université libre de Bruxelles en 1996, à la KU Leuven en 2000 et à l’Université de Namur en 2001) ;
  • il est docteur honoris causa des Universités de Sibiu (Roumanie), de Metz (France) et de Moncton (Canada) ;
  • il est titulaire de nombreuses distinctions honorifiques octroyées par la Belgique et par d’autres pays, depuis le Québec, où il est membre de l’Ordre des francophones d’Amérique, jusqu’à la France, où il a été reçu officier de l’Ordre des palmes académiques et commandeur dans l’Ordre des arts et lettres ;
  • il est, depuis 1996, membre de l’Académie royale de Belgique.

Tentez de suivre les nombreuses activités de l’auteur sur son site internet (bio-bibliographie, publications, agenda, etc.) : www.klinkenberg.ulg.ac.be/Jean-Marie_Klinkenberg/Accueil.html