Portrait de Jérôme Peignot

Jérôme Peignot

Né en 1926, Jérôme Peignot est le fils d’une cantatrice célèbre, Suzanne Peignot, et l’héritier d’une florissante lignée de typographes, initiée par son grand-père George – l’inventeur des polices Grasset, Cochin et Garamond – et poursuivie avec succès par son père Charles. Il est proche de sa tante Colette, la « Laure » de George Bataille, qu’il surnomme « Ma mère diagonale » et dont il publie les Écrits en 1976 chez Jean-Jacques Pauvert.

Jérôme Peignot est surtout connu pour être un grand spécialiste de la typographie, il est d’ailleurs le premier « typoète » – mot-valise qu’il forge pour parler de son œuvre –, et pour avoir fondé la notion de musique acousmatique, par opposition à la musique concrète.

Homme aux talents multiples, Jérôme Peignot est également romancier, poète, auteur de romans pour la jeunesse et pamphlétaire. Lauréat du Prix Sainte-Beuve en 1962 pour L’Or des fous, on lui doit au total plus d’une trentaine d’ouvrages ainsi que de nombreux combats sociaux et d’actions politiques.

Il intègre le monde de la radio dès 1961. Durant de nombreuses années, il est un pilier du « Masque et la Plume », avant de produire pour France Culture des émissions littéraires ou philosophiques mythiques comme « Les Chemins de la connaissance » et « Les nuits magnétiques ».

De 1981 à 1991, il enseigne l’écriture et la littérature à l’Université de la Sorbonne.

Dans les années 2000, il s’illustre pour son engagement dans la sauvegarde du patrimoine typographique de l’Imprimerie nationale, stocké en caisses après un déménagement mal planifié. Il est à l’initiative d’une pétition en ligne qui recueillera 25 000 signatures et qu’il adressera à Nicolas Sarkozy.

Il est notamment l’auteur de De l’écriture à la typographie (Gallimard) et de Typoésie (Imprimerie Nationale).