cemonde_couvsite1.jpg

Ce Monde

Domaine(s) :
Genre(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-249-5
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 96 pages
Prix : 11€
Parution : mai 2015

Inspiré de la tradition poétique américaine de Whitman (Feuilles d’herbe), Pound (les Cantos) ou Ginsberg (Howl), tous auteurs qui ont su dire le monde en des poèmes épiques à multiples ramifications, Ce Monde est une tentative de donner forme et vie à une expérience globale du monde.

Caractérisé par un style à la fois direct et mesuré, Ce Monde est un montage rapide, parfois saccadé, aux multiples changements de ton et de style, qui entraîne le lecteur dans un flot d’images, d’anecdotes, de faits plus que divers et de jugements tournés en nouvelles interrogations.

Composé autour du thème central de la fuite et de l’érosion, Ce Monde reconstruit à l’aide de mots l’esprit de notre temps.

Écrit pour la page autant que pour la scène, Ce Monde connaîtra aussi plusieurs prolongements multimédia, notamment sous la forme d’un court-métrage animé.

Le Carnet et les Instants

« Plus qu’à l’esprit des lieux, c’est à l’usage du temps que veut nous familiariser Baetens, avec une rythmique portée par un souffle puissant, ponctuée d’images et d’interrogations qui creusent en profondeur l’âme du lecteur : “Comme si les choses qui restent étaient toujours pareilles/aux choses qui vivent ?” Pas de technique d’ouvroir potentiel, certes, mais une constante formelle : “La répétition du mot monde, qui est aussi la chose monde, [et qui] sert de relance mais surtout d’avertissement : c’est une manière de lutter contre la dispersion, de revenir sur ses pas, de se retourner sans fin sur ce qui nous pousse toujours en avant.” Entonnant un chant digne de la grande tradition épique américaine, Jan Baetens, dit “dernier poète flamand d’expression francophone”, se confirme poète tout court. Ou plutôt, poète tout long… »

Frédéric Saenen, Le Carnet et les Instants, 2 juin 2015

Lire l’article complet sur le site du Carnet et les Instants

Dissidences

« Ces pages, qui s’en prennent à la durée et à la dureté des choses, se disputant leur mutisme et leur remède, laissent entendre, ici ou là, les cris évacués d’une vie qui “est tantôt un jouet, tantôt un prix” (p. 32). Et, de plus en plus, seulement, le prix du jouet. Se dessine alors, dans une forme désuète de rite de passage, la fin de l’enfance, qui est aussi celle d’une époque… et d’un monde. »

Frédéric Thomas, Dissidences, 12 juin 2015

Lire l’article complet sur le site de Dissidences

Blog LU cie & co

« Tout comme une résidence à Venise en 2013 et sa participation à une rencontre autour de Pierre Joris. Double nomadique de “The last World”, poème épique évitant le récit, poème à lire par les yeux comme la bouche, entreprise à risques qui devrait connaître plusieurs prolongements. En sept parties, Ce Monde aborde aussi en finale la ville de Venise que le poète examine sous toutes ces facettes, malaxe de toutes les façons. »

Lucie Cauwe, Blog LU cie & co, 15 juin 2015

Lire l’article complet sur le blog LU ci & co

Cahier critique de poésie

« Ce monde fuit, Ce monde coule, Ce monde tourne sur lui-même comme le poète qui aperçoit sans cesse son dossard. Le texte se déploie en vers libres sensibles en sept chapitres. Tiens. Les images se télescopent. Avant et après, Jan Baetens fait le point. Ce monde est suivi de Vagabonds et de quatorze poèmes de résidence à Venise écrits sur l’art poétique et plastique d’autres artistes invités. »

Pascale Petit, Cahier critique de poésie, 16 février 2016

Lire l’article complet sur le site du Cahier critique de poésie