Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Chez Mauriac à Malagar

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-321-8
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 240 pages
Prix : 18€
Parution : avril 2016

Il faut imaginer le choc quand on vient du pays de Simenon et qu’on arrive dans celui de Thérèse Desqueyroux.

Quand on quitte Liège, une chambre un peu glauque, un ciel bas et gris, la pipe du commissaire Maigret, pour découvrir des vignobles à perte de vue, étincelants de lumière, dans l’air chaud de Gascogne ; une terrasse, où l’ombre de François Mauriac croise ses longues jambes sur son fameux banc.

Un jour – c’était il y a près de trente ans –, un jeune homme quittait ce premier monde pour rejoindre l’autre, à rebours de son destin.

Il n’aimait qu’une chose dans la vie, les livres. Pour eux, il était prêt à tout. Vraiment à tout.

Ce qui ne fut d’abord qu’une manière de fuite en avant devint vite une quête. On l’accueillit généreusement à Bordeaux, où Mauriac endormi l’attendait.

Mauriac, une certaine France, la bourgeoisie, le bénitier, les romans, les carnets, et le domaine de Malagar.

Malagar, où un jeune Liégeois, parfait petit socialiste, athée intégral, prolétaire à souhait, se retrouva et se trouva.

Magie des lieux, mystère des contrastes, enchantement, au point qu’il n’ait plus de cesse que de vouloir y vivre, pour toujours.

C’est cette histoire improbable que raconte ce livre, où l’on croisera quelques ombres du passé, surgies de leurs mots, entre chien et loup, au crépuscule d’un monde qui plaçait, alors, au-dessus de tout, ceux qu’on appelle les écrivains.

« Cher Claude Froidmont,

Je ne suis jamais encore allée à Malagar […]. Il me semble que votre livre m’en donne une image suffisante et, pour tout dire, ce n’est pas ce qui m’a intéressée dans votre livre, mais vous. […] C’est unique, émouvant, magnifiquement raconté : ce jeune homme, je le vois vivre là-bas, je le “ressens” dans sa solitude enfiévrée de rêves et d’orgueil, d’espérance, maladroit et attachant. […] Si par hasard je vais quand même un jour à Malagar, ce ne sont pas ces ombres illustres que j’y chercherai mais celles du gardien, de son épouse et du jeune homme de la fin des années 80 qui m’est si fraternel.

Annie Ernaux »

(extraits reproduits avec l’autorisation de l’auteur)

Chez Mauriac à Malagar était en lice pour le Prix François Mauriac 2016.

Ce titre est décerné à l’ouvrage d’un écrivain de langue française dont la teneur, quel que soit le genre (roman, théâtre, poésie, essai, journalisme), manifeste un engagement de l’auteur dans son siècle, et qui est évocateur de la société de son temps.

Il fut remis le 14 octobre 2016, par le président du Conseil régional d’Aquitaine, à la romancière française Laurence Cossé pour son livre La Grande Arche (Gallimard), un récit autour de la construction de ce bâtiment emblématique de La Défense et de son créateur, l’architecte danois Johan Otto von Spreckelsen.

Le 2 juin 2016, Jacques Monférier a rencontré Claude Froidmont pour parler de son livre Chez Mauriac à Malagar à la librairie Mollat à Bordeaux.

Écouter le podcast de la rencontre sur le site de Soundcloud

Diacritik

« Voici un premier roman charmant et inattendu. Inattendu en ce qu’il est nourri de littérature du passé – celle du temps de Mauriac – et qu’il conte une histoire rêveuse qui, elle, tient d’une expérience bien plus récente. […] Il est vrai que ce petit socialiste prolo qu’est Froidmont eût pu se choisir un modèle plus immédiatement proche. Un Albert Camus peut-être. Mais non, c’est Mauriac et rien que Mauriac avec sa conscience chrétienne tourmentée, avec son adhésion à la droite d’avant la guerre d’Espagne, avec son goût de la vie parisienne, de ses réceptions et de son Académie, avec plus que tout son Malagar. C’est là que Froidmont s’est inventé avec bonheur au milieu de scènes souvent rêvées et d’images parfois importées. Et c’est là qu’il a commencé le roman que nous lisons aujourd’hui avec un réel plaisir. »

Jacques Dubois, Diacritik, 5 avril 2016

Lire l’article complet sur le site de Diacritik

7 Dimanche

« L’écriture de Claude Froidmont est fluide, légère et impressionniste. Il y mêle descriptions de lieux et de gens, évocation de l’œuvre de Mauriac, de sa propre vie, de ses parents. Chez Mauriac à Malagar est un livre inclassable, entre fiction et documentaire, dans lequel il faut se laisser entraîner au rythme de l’auteur, un peu comme on suivrait un ami dans ses pensées, ses divagations et ses digressions… On y trouve aussi des personnages attachants, comme ce gardien de Malagar, surnommé Bronson. »

Charles Ledent, 7 Dimanche, 25 avril 2016

Afficher l’article complet

La Libre Belgique

« Son Chez Mauriac à Malagar n’est ni une biographie ni une autobiographie, tout en se référant un peu aux deux. C’est une invitation à entrer dans une ambiance et y croiser des êtres denses, vrais, illustres. C’est, dans un style classique, le témoignage d’un homme amoureux enthousiaste, excessif, ingénu, dans ses bonheurs et, en cela, c’est une rencontre rafraîchissante et attachante. »

Monique Verdussen, La Libre Belgique, 2 mai 2016

Afficher l’article complet

Rue89 Bordeaux

« Chez Mauriac à Malagar raconte le séjour d’un jeune belge dans une demeure fascinante et son admiration pour les livres et les écrivains. Encore, diront les grincheux. Nous, nous ne nous plaindrons pas. Le livre de Claude Froidmont […] est un roman étrange dont le personnage principal est une demeure vide, mais peuplée des fantômes et des souvenirs qui y ont été laissés par ceux qui y ont vécu – François Mauriac, au premier chef, mais aussi Gide, l’hôte de passage, Claude Mauriac, le fils… […] Chez Mauriac à Malagar est un bel exercice d’admiration, et cela est assez rare à notre époque ; c’est aussi la preuve que son auteur est sorti de l’état de sidération où l’avait plongé la grandeur de ses maîtres et l’on ne peut que s’en réjouir. »

Patrick Rödel, Rue89 Bordeaux, 4 mai 2016

Lire l’article complet sur le site de Rue89 Bordeaux

Éclairs. La revue numérique d’Écla

« Entre exercice d’admiration sur le “grantécrivain” qui hante les lieux, et tentative d’affranchissement pour accomplir soi-même le geste créateur, ce roman au style constamment élégant réjouit par son humilité rafraîchissante et sa leçon finale qui fait la peau à Icare pour entrevoir un bonheur peut-être plus proche de la résignation. »

Frédéric Lacoste, Éclairs. La revue numérique d’Écla, 17 mai 2016

Lire l’article complet sur le site de Éclairs

Sud Ouest Dimanche

« Le récit de Claude Froidmont constitue, à la Cioran, un exercice d’admiration. Plus encore, tant il surabonde en éloges éperdus, en mouvements de reconnaissance exaltée. Sans qu’en soient absents l’humour, le doute, une souriante lucidité. L’auteur a vu le jour en Belgique, dans un de ces milieux dits modestes où le socialisme est militant. Peu de rapport avec les propriétaires girondins, leurs demeures solides et ennuyeuses, leurs pins ou leurs vignes, et leurs domestiques. Pourtant Mauriac fascine l’étudiant, qui veut lui consacrer un travail universitaire. […] Ainsi rencontre-t-il un professeur bordelais (autre figure du vitrail) qui l’engage comme guide à Malagar. […] Le guide désire être écrivain. Comment écrire dans la chambre qui fut celle de Gide, dans celle de Claude, le fils, épatant mémorialiste, dans le fauteuil crapaud où Mauriac dicta ses derniers articles à sa femme? Soutenu par une impeccable prose, voici un beau livre. On vous le disait : hanté. »

Jean-Marie Planes, Sud Ouest Dimanche, 29 mai 2016

Afficher l’article complet

Blog À part

« Ceux qui ont eu la curiosité/la chance d’aller à Malagar sur les traces de François Mauriac, de visiter la vieille demeure, de s’asseoir à sa terrasse, de flâner aux alentours, de contempler les vignes qui descendent vers la Garonne, goûteront d’autant plus au premier “roman” de Claude Froidmont. Les guillemets s’imposent car, apparemment, il s’agit d’un texte largement autobiographique dans lequel l’universitaire liégeois, devenu professeur de Lettres en Gironde, raconte comment, de l’été 1989 à l’été suivant, dans le cadre d’un DEA à l’université de Bordeaux consacré à l’auteur du Bloc-Notes, il y a non seulement vécu, occupant la “chambre de Gide”, mais il a en plus servi de guide aux visiteurs. »

Michel Paquot, Blog À part, 30 mai 2016

Lire l’article complet sur le blog À part

France Bleu Gironde (Le livre de votre week-end)

Jean-Michel Plantey interroge Claude Froidmont sur son roman/récit qu’il vient de publier en guise de « devoir de mémoire », le samedi 11 juin 2016.

Écouter le podcast sur le site de France Bleu

La Cité

« Cette “aventure” mérite d’être lue et ce, pour plusieurs raisons: elle parle d’amour de la littérature, des bienfaits qu’elle procure à quiconque s’y plonge corps et âme ; elle rappelle l’importance des “passeurs” d’écrits ; elle montre le bouleversement que provoque une vie passée au milieu des livres. […] Claude Froidmont ne reste […] pas prisonnier de Malagar. Il parvient à en sortir, mais métamorphosé : “Il me fallut accepter qui j’étais: un fou de livres et d’idées, un homme de gauche ne se retrouvant plus dans personne, un passionné d’espérance, un solitaire épris de fraternité.” Voilà donc posé tout l’enjeu de la littérature créer chez le lecteur une émotion et changer sa vision monde. Autrement dit, le faire grandir. On ne saurait offrir meilleur remède à quiconque souhaite lutter par des moyens pacifiques contre l’entreprise d’infantilisation actuellement en cours dans notre société. »

William Irigoyen, La Cité, 13 juin 2016

Lire l’article complet sur le site de La Cité

Culture ULG

« Cette petite pépite a le double intérêt de suivre un jeune homme dans sa maturation intellectuelle et de donner à voir l’un des monstres de la littérature françaises d’une façon inédite et rafraichissante. »

Esther Baiwir, Culture. Université de Liège, 15 juin 2016

Lire l’article complet sur le site de Culture ULG

L’Obs

« On peut lire ce récit autobiographique comme une visite – une de plus – au spectral “grantécrivain” dans sa demeure girondine, et l’on ne sera pas déçu, tant il est plein d’images volées, de parfums puissants, de bruissements d’arbres et de jolis portraits (dont celui du si attachant couple de gardiens). Mais il est beaucoup plus que le vade-mecum d’un cicérone provisoire. Ce que raconte Claude Froidmont, dans une prose émerveillée et avec une mélancolie souvent tempérée par l’humour, c’est la manière dont Malagar l’a fondé, éclairé, élevé, lui a fait connaître “la plénitude”, qui est la forme païenne de la béatitude. En dormant chez l’homme qu’il admirait, mais à qui tout, socialement, politiquement, spirituellement, l’opposait, l’étudiant liégeois est vraiment devenu lui-même. C’est là qu’il a renoncé à sa vie d’avant, qu’il s’est converti pour toujours à la littérature, cette “exploration de l’inexplorable”. Il lui fallait bien écrire un exercice de gratitude pour payer enfin sa dette à François Mauriac. »

Jérôme Garcin, L’Obs, 23 juin 2016

Afficher l’article complet

France Culture (La Compagnie des auteurs)

Pour le dernier temps de la série consacrée à François Mauriac, l’équipe de l’émission « La Compagnie des auteurs » part à la découverte du domaine de Malagar avec Caroline Casseville, maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne et présidente de la Société internationale des études mauriaciennes, et Claude Froidmont, professeur de lettres et auteur de Chez Mauriac à Malagar, le 15 septembre 2016.

Écouter le podcast sur le site de France Culture

Culture ULG

« Présenté comme un roman, ce récit d’une année passée à Malagar, dans la maison bordelaise de François Mauriac perdue au milieu des vignes, semble largement autobiographique. Son auteur, Claude Froidmont, ancien étudiant à l’ULg, aujourd’hui professeur de Lettres en Gironde, raconte comment, de l’été 1989 à l’été suivant, dans le cadre d’un DEA réalisés à l’université de Bordeaux consacré au Prix Nobel de Littérature, il y a occupé “la chambre de Gide” tout en servant de guide aux visiteurs. Vingt-cinq ans plus tard, cet admirateur de l’auteur du Bloc-notes revient sur cette année formatrice autant que fondatrice – il ne quittera plus la région. Il raconte le fil de jours dans cette ancienne propriété de moines célestins achetée en 1843 par Jean Mauriac, arrière-grand-père de l’écrivain qui en a hérité en 1927. Il évoque ses liens de plus en plus solides avec le couple des gardiens tout étonné par sa présence – mais, surtout, par sa solitude dont il semble se satisfaire. Il rend compte, aussi, d’un séminaire rassemblant d’éminents mauriaciens au terme duquel il a été amené, malgré lui, à prendre la parole, étant d’une certaine mesure, par sa présence, considéré comme des leurs. Et il jalonne son texte d’éléments biographiques du “grandécrivain” tout en tentant d’écrire à son sujet un essai qui ne verra jamais le jour. »

Michel Paquot, Culture ULG, automne 2016

Lire l’article complet sur le site de Culture ULG

RTC Liège (L’Ardent Parler)

Claude Froimont présente son premier roman Chez Mauriac à Malagar sur le plateau télévisé de « L’Ardent Parler » aux côtés de Jonathan De Neck qui sort un deuxième album, Seagull Horse, réalisé avec le Diab Quintet, le 3 novembre 2016.

Voir l’émission sur le site de RTC Liège

Le Carnet et les Instants

« A priori, rien ne destinait Claude Froidmont (qui, tiens, porte le même prénom que Claude Mauriac, le fils écrivain lui aussi, de l’auteur de Thérèse Desqueyroux) à s’intéresser à ce romancier bourgeois, issu de la droite catholique française, gaulliste, conservateur à bien des égards, et néanmoins en son époque, progressiste sur bien d’autres points. Le narrateur de ce roman autobiographique qu’est Chez Mauriac à Malagar provient d’une classe sociale modeste, le monde ouvrier et celui des mineurs, et ses parents sont fortement impliqués dans le mouvement socialiste et athée, très vivace, c’est bien connu, en région liégeoise. Notre jeune homme, lui, s’intéresse aux livres, à la littérature, et se trouve fort désappointé par ses études de romaniste, où “il ne s’agissait plus de vibrer mais de ratiociner sur une leçon d’un vers de Thomas ou de Béroul”. Quatre années d’études austères et pesantes, où, heureusement, survient un professeur – à qui effectivement d’autres anciens étudiants romanistes de l’ULg penseront avec gratitude – susceptible d’ouvrir d’autres portes plus libératoires vers la littérature. »

Alain Delaunois, Le Carnet et les Instants, 23 février 2017

Lire l’article complet sur le site du Carnet et les Instants

Revue La Tortue verte – Université Lille 3

« Conjuguant l’introspection, la drôlerie, l’ironie à l’adresse du fonctionnement universitaire et du milieu éditorial, ce premier roman foisonne d’allusions, de références culturelles et intellectuelles. Il est documenté littérairement et historiquement, impliqué politiquement, élogieux envers ces/ses auteurs, tout en faisant l’apologie des humbles. C’est une source d’interrogations à la fois personnel les et universelles, mais aussi une réflexion sur ce qu’est un écrivain. »

Esther Baiwir et al., Revue La Tortue verte, avril 2017

Afficher le PDF complet de l’article

Revue générale

« Combien de fois connaissons-nous de réels coups de cœur dans notre vie de lecteur ? Combien de livres nous touchent vraiment, nous changent parfois, nous améliorent même ? À mes yeux, Chez Mauriac à Malagar est de ceux-là, évidemment, de ceux que l’on fait sien, même si je ne m’en explique guère les raisons (sans doute parce que les coups de cœur n’ont pas grand-chose à voir avec la raison !). Bien sûr, ce mystérieux auteur, Froidmont (“pseudonyme d’un professeur de Gironde”, dit la quatrième de couverture) a beaucoup à voir avec mes propres racines, tant géographiques que sociales, avec mes propres goûts, avec ma propre histoire… À commencer par ce sacré Henri Guillemin, que j’ai tant lu au fil de mes trouvailles en bouquinerie, que j’ai tant écouté sur de capricieux walkmans antédiluviens, que j’ai tant suivi dans ses tournées de conférencier, du Casino de Spa à d’improbables “centres culturels”. Que j’ai tant admiré et aimé, moi aussi. Mais Froidmont, lui, a osé écrire au granthomme… Et sa vie en fut changée. Et c’est là que commence l’ivresse, la magie d’une autre vie rêvée, l’identification au personnage de papier, le plaisir de la Littérature vivante… La réincarnation en deux dimensions. Lisez Froidmont à Malagar ! »

Christian Libens, Revue générale, printemps 2017

Afficher l’article complet

Arte (Invitation au voyage)

Le 21 novembre 2017, dans son émission « Invitation au voyage » sur Arte, parmi les trois lieux qui appartiennent à notre patrimoine artistique, culturel et naturel, Linda Lorin nous entraîne à la découverte de la Gironde de François Mauriac, reportage dans lequel Claude Froimont présente le château Mauriac.

Voir le reportage sur le site de tv-replay.fr

Derniers événements du livre

30/07/2016
Centre diocésain de Besançon
Signature/Rencontre