KrollebitchesCOUVUNE

Krollebitches

Souvenirs même pas en bande dessinée

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-456-7
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 176 pages
Prix : 17€
Parution : avril 2017

Krollebitches : du dialecte bruxellois crolle (boucle) et du néerlandais beetje (un peu). Popularisé (et peut-être inventé) par Franquin, ce mot désigne l’ensemble des signes graphiques caractéristiques de la bande dessinée : traits de vitesse, gouttes de sueur, spirales d’étourdissement ou de folie, etc. Ces signes particuliers constituent une des caractéristiques essentielles du langage de la bande dessinée.

Krollebitches-detail

Avec Krollebitches, Souvenirs même pas en bande dessinée, Jean-Christophe Menu nous fait revivre les chocs qui ont éveillé sa passion pour la bande dessinée durant l’enfance, l’adolescence, puis les sulfureuses « apparitions » du 9e Art adulte naissant, qui vont s’ajouter à ses premières aspirations.

Le fondateur de L’Association et de l’OuBaPo a suivi toutes les étapes propres à sa génération, de Spirou et Tintin, à Fluide Glacial et Métal Hurlant, jusqu’au premier fanzine où s’arrêtent ces souvenirs. En plongeant dans sa mémoire et ses livres accumulés, Menu comprend peu à peu ce qui l’a construit, comme auteur et comme éditeur. À travers ses phases historiques successives, la bande dessinée a agi pour lui comme une instance subversive et salvatrice.

Radio P.FM (Easy Rider)

Olivier Valerio chronique avec beaucoup d’enthousiasme le livre de Jean-Christophe Menu, Krollebitches, le 26 mars 2017 (à partir de 47′).

Écouter la séquence sur le site Radio P.FM

ActuaBD

« Ces “souvenirs même pas en bande dessinée” ont une vertu cardinale : ils retracent les souvenirs de lecture d’un passionné de bande dessinée qui va être le principal animateur d’une production alternative qui émerge autour de L’Association dans les années 1990-2000. Avec en titre un mot bruxellois qui signifie “petite boucle” et qui désigne l’effet de vitesse utilisé par les tenants de la Ligne claire. Un hommage à l’École belge finalement pas si surprenant de la part du fondateur de L’Association. »

Didier Pasamonik, ActuaBD, 30 mars 2017

Lire l’article complet sur le site de ActuaBD

dBD Magazine

« Jean-Christophe Menu revient sur les récits et albums qui l’ont construit adolescent, puis qui lui ont donné l’envie d’en éditer. Ses souvenirs se portent vers des journaux Spirou, Tintin, Fluide glacial, Métal hurlant, les fanzines, etc. Le parcours d’un enfant de la balle… »

Frédéric Bosser, dBD Magazine, avril 2017

Afficher l’article complet

Zoo

« À travers ce texte, c’est à la fois le témoignage d’une époque (les années 70-80) et une page d’histoire du 9e Art franco-belge qui est tournée, souvent de manière érudite. »

Thierry Lemaire, Zoo, printemps 2017

Afficher l’article complet

France Culture (Mauvais genres)

Pacôme Thiellement chronique Krollebitches dans l’émission « Mauvais genres » de François Angelier consacrée à Claro, à l’occasion notamment de la publication, aux éditions Inculte, de son nouvel ouvrage Hors du charnier natal, le 8 avril 2017.

Écouter la séquence sur le site de France Culture

Libération

« L’auteur et cofondateur de l’Association, mis théâtralement dehors en 2011 de cette maison qui ne fait plus rien d’intéressant depuis, a toujours réfléchi autour de l’illustration, théorisant un art parfois méprisé, notamment dans sa thèse, passionnante et accessible pour les béotiens, la Bande dessinée et son double. Dans Krollebitches, il revient sur son enfance et sur ses premières expériences sensibles avec Tintin, Spirou, Lucky Luke, etc. »

Quentin Girard, Libération, 14 avril 2017

Lire l’article complet sur le site de Libération

Blog Klare lijn international

« Et force est de constater que la plupart des bandes dessinées qui ont éveillé en lui le goût de créer des cases, des planches, des albums et ensuite d’être auteur et éditeur sont des œuvres de l’école belge publiées dans Spirou ou Tintin. Et parmi les tenants de la ligne claire qu’il convoque dans son Panthéon personnel, quelle n’est pas notre surprise de relever un attachement tout particulier de l’auteur pour La Clef de Bronze, l’un des épisodes de Bob et Bobette et Monsieur Lambique publié par Willy Vandersteen dans le journal Tintin ! […] Au-delà de l’intérêt qu’il présente pour tout amateur de l’œuvre de Menu, Krollebitches nous invite à un voyage dans le temps en nous questionnant par effet-miroir sur l’origine de notre propre passion pour la bande dessinée et l’élément déclencheur de la mécanique infernale. »

Jean-Bernard Lauze, Blog Klare lijn international, 17 avril 2017

Lire l’article complet sur le blog Klare lijn international

BDGest’

« Vif et rempli d’esprit, le texte se lit avec un double sourire aux lèvres. Un de connivence face aux réminiscences de l’émotion provoquée par la découverte d’une bande chérie et un autre plus moqueur ou interrogatif quand un Menu, alors âgé de huit ans, décrit ses doutes sur tel ou tel type de narration ou d’encrage. Au final, entières, sans concession, mais infiniment touchantes, ce Krollebitches porte la marque d’un homme écorché, certain de son omniscience d’artiste. D’un autre côté, que ne ferions-nous pas pour défendre les dernières nouveautés de nos auteurs préférés ? »

A. Perroud, BDGest’, 20 avril 2017

Lire l’article complet sur le site de BDGest’

Blog Place to be

« Lire ce recueil est une expérience vraiment intéressante ! Grâce à Jean-Christophe Menu on se replonge dans l’histoire de la bande dessinée française, on découvre des auteurs qu’on a connus enfant et qu’on croyait avoir oublié, et d’autres totalement inconnus mais qui du coup nous intriguent. C’est plein de tendresse et de mélancolie, et transpire la sincérité. Une belle découverte ! »

Michelle Gagnère, Blog Place to be, mai 2017

Lire l’article complet sur le blog Place to be

ComixTrip

« Très beaux hommages à la bande dessinée belge, ces textes superbement écrits raviront les lecteurs âgés comme les plus jeunes. Tour à tour, Jean-Christophe Menu – cofondateur des éditions L’Association – nous parle de Morris et son personnage Lucky Luke (un beau texte en ouverture), mais aussi de Ric Hochet de Tibet, de Chlorophylle de Raymond Macherot, de Spirou par Franquin, de Gil Jourdan de Maurice Tillieux, de Bob & Bobette de Vandersteen et bien évidement de Tintin de Hergé. Alors qu’il fut un des animateurs de la nouvelle bande dessinée alternative, l’auteur de Chroquettes met en lumière les anciens, les pionniers du 9e Art, pour déclamer son amour à cette période de l’Âge d’or de la BD. »

Damien Canteau, ComixTrip, 11 mai 2017

Lire l’article complet sur le site de ComixTrip

dBD

« Tout pourfendeur de la BD traditionnelle qu’il soit, JC Menu s’est quand même – fait inédit dans le monde des artistes du 9e art – doté d’un titre de docteur ès art et sciences en défendant une thèse dure, La Bande dessinée et son double, à la Sorbonne, avec mention très honorable et félicitations unanimes du jury. Pour dBD, il nous livre avec toute sa verve un bien bel assortiment de souvenirs quant à ses premières amours, de Morris à Franquin. À la lecture de ces excellentes time capsules, qui aurait cru qu’il était possible de faire un tel fromage sur un canyon apache ? »

Propos recueillis par Géant vert, dBD, juin 2017

Afficher le PDF complet de l’entretien

Nonfiction.fr

« Les familiers de l’œuvre de Jean-Christophe Menu ne seront pas étonnés par Krollebitches. Ils y retrouveront des éléments connus de son univers, d’abord graphique puisque Menu a réalisé la maquette du livre ainsi que les illustrations intérieures. Une certaine dose de mise en scène bien sûr, beaucoup d’humour, qu’il soit acerbe, autocritique voire tendre. Menu écrit dans un style vivant, proche de l’oralité mais savamment travaillé, et toujours avec passion. Il nous offre un portrait de l’auteur en lecteur de bandes dessinées, de l’imitation à l’émancipation progressive, autrement dit, il retrace la formation d’un imaginaire, d’un style et d’un caractère. Sa connaissance et son amour pour la bande dessinée “classique” apparaissent au grand jour, alors que certaines de ses prises de position publiques ont pu les éclipser et faire croire que Menu n’était qu’un partisan de la table rase en bande dessinée. L’exercice de l’hommage est souvent plus difficile que celui de la critique, genre dans lequel Menu a su s’illustrer avec talent ; avec Krollebitches, Menu prouve qu’il maîtrise les deux registres, et que la bande dessinée ne pâtit pas d’être prise au sérieux. »

Benjamin Caraco, Nonfiction.fr, 2 juin 2017

Lire l’article complet sur le site Nonfiction.fr

Cultural Studies Leuven

« Jean-Christophe Menu is one of the major voices of alternative comics in France, both as an author and as the co-founder of L’Association, the leading publisher of French comix in the period of his 20 years editorship (he resigned a couple of years ago). He is above all a living paradox: the angry young man of the French bande dessinée scene, he is also the holder of a PhD on the subject (moreover an excellent one, frequently used and quoted in academic research: La Bande dessinée et son double, 2011); the living example of authentic visual thinking, he is also an author who does not make any real distinction between his drawings and his writings. His new book is the perfect yet open synthesis of all these forces and tendencies. »

Jan Baetens, Cultural Studies Leuven, 7 juin 2017

Lire l’article complet sur le site de Cultural Studies Leuven

Fluide glacial

« C’est passionnant parce qu’il y a quelque chose d’universel dans ce récit (non, ce n’est pas une BD). Ça peut se transposer à n’importe quelle passion enfantine (intelligente) qu’on ne lâcherait plus jamais. Une passion dévorante qui nous enjoindrait de vivre quelque part à côté du monde. »

Pascal Fioretto, Fluide glacial, août 2017

Afficher l’article complet

Derniers événements du livre

23/04/2017 → 25/04/2017
Paris
Signature/Rencontre

Dernières actualités du livre

Dans un long entretien avec Géant Vert pour le magazine dBD, Jean-Christophe Menu nous livre avec toute sa verve un bien bel assortiment de souvenirs quant à ses premières amours, de Morris à Franquin, à l’occasion de la sortie de Krollebitches. Souvenirs même pas en bande dessinée.