Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Le Fantôme de Truffaut

Une initiation au cinéma

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-172-6
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 144 pages
Prix : 15€
Parution : septembre 2013

« Être cinéaste, c’est forcer le destin. » (François Truffaut)

À 3 ans, Frédéric Sojcher fait connaissance avec un plateau de tournage et à 6 ans, il devient cinéphile. À 12 ans, figurant dans Préparez vos mouchoirs, il sympathise avec Patrick Dewaere. À 14 ans, il entame une correspondance avec François Truffaut.

À 18 ans, il réalise avec Serge Gainsbourg et Michael Lonsdale un court-métrage, Fumeurs de charme. C’est un véritable conte de fée.

À 23 ans, il tourne son premier long métrage… et le cauchemar commence. Le cinéma sera une suite de combats, aux issues incertaines.

Dans ce récit sincère, sensible et souvent drôle, Frédéric Sojcher revient sur son parcours. C’est une ode aux actrices, aux acteurs et à toute l’équipe du film. C’est une initiation au cinéma, qui touchera ceux qui rêvent de pratiquer ce métier et d’entrer dans ce monde.

Le Fantôme de Truffaut propose aussi une galerie de portraits attachants : Patrick Dewaere, Yves Mourousi, Arletty, Isabelle Adjani, Margaux Hemingway, Marie Gillain, Cécile de France, Benoît Poelvoorde, Maria de Medeiros, Micheline Presle, Frédéric Taddéï… Ces rencontres permettent de mieux comprendre ce qui se passe sur le plateau, dans la réalisation, dans la production et dans la promotion d’un film.

Le Nouvel Observateur

« Cinéphile à 6 ans, figurant à 12 (dans Préparez vos mouchoirs), il a 14 ans quand il entame une correspondance avec François Truffaut et 18 quand il réalise un court-métrage avec Serge Gainsbourg et Michael Lonsdale : Frédéric Sojcher fait défiler les rencontres de sa vie, d’Arletty à Adjani, dans Le Fantôme de Truffaut, à paraître le 5 septembre aux Impressions Nouvelles. »

Le Nouvel Observateur, 22 août 2013

Afficher l’article complet

Le Soir

« D’anecdotes en souvenirs, on s’infiltre à l’intérieur d’une dynamique qui croise, comme dans les films de François Truffaut, la vie et le cinéma. […] Avec un mélange de pudeur et de vérité, Frédéric Sojcher ouvre sa chambre verte, arpente sa mémoire et nous fait voyager entre lui et les autres sur un chemin qui est loin d’être linéaire. Avec fatalité, il constate que l’homme ne brille qu’un instant avant de plonger dans l’oubli. Climax. En attendant ce temps, qui vient toujours bien assez tôt, l’auteur reste en vie, continue de rêver, a des projets, cherche l’accord parfait. Tenir, il faut tenir. Il sera cinéaste. »

Fabienne Bradfer, Le Soir, 31 août-1er septembre 2013

Afficher l’article complet

Studio Ciné Live

« Frédéric Sojcher est une figure aussi atypique qu’attachante du cinéma francophone. Ce Belge de 46 ans, cinéphile depuis quarante ans et auteur de trois longs formidables (Hitler à Hollywood) est un infatigable amoureux du 7e art. Une histoire passionnelle et fusionnelle, dont il remonte le cours dans ce recueil de souvenirs truculent, enjoué et mélancolique, mais où il convoque les fantômes des amours passées et des figures tutélaires admirées. »

Xavier Leherpeur, Studio Ciné Live, septembre 2013

Afficher l’article complet

Cinergie.be

« En lisant Le Fantôme de Truffaut, ce calendrier autobiographique – le plus people des livres de Frédéric Sojcher (Marie Gillain, Margaux Hemingway, Carmen Chaplin, Maruschka Detmers et autres ladies) – on apprend beaucoup sur les gens rencontrés par Frédéric Sojcher pendant les tournages de ses courts et longs métrages. C’est drôle et parfois surprenant, à l’image des lettres que lui a envoyées François Truffaut et dont il cite des extraits tel que “être cinéaste, c’est forcer le destin”. L’humour, par exemple, lorsque le professeur d’université Georges Goriely (devenu une sorte de capitaine Haddock de l’ULB) entend tout de travers. Lorsque sa femme lui propose une pâtisserie aux amandes : “Tu veux un misérable ?”, il répond en vociférant : “Misérable, ma femme me traite de misérable”. C’est du Tintin, non peut-être ! »

Jean-Michel Vlaeminckx, Cinergie.be, septembre 2013

Lire l’article complet sur le site Cinergie.be

Panthéon Sorbonne Magazine

Découvrez une brève recension du Fantôme de Truffaut et un entretien avec Lucia Hernandez dans le magazine de l’Univeristé Paris I où Frédéric Sojcher est professeur, septembre-octobre 2013.

Afficher l’article

Cinélivres (blog du Nouvel Observateur)

Jean-Max Méjean interroge Frédéric Sojcher à propos de son livre Le Fantôme de Truffaut. Une initiation au cinéma et son amour pour le 7e Art, le 3 septembre 2013.

Lire l’article sur le site du Nouvel Observateur

Toulouse Télévision (Le journal)

Frédéric Sojcher présente son ouvrage Le Fantôme de Truffaut au journal parlé de 19h de la chaîne régionale TLT, le 20 septembre 2013.

Voir la vidéo sur Youtube

Europe 1 (Social Club)

Frédéric Taddéi a reçu Frédéric Sojcher dans l’émission « Social Club » pour lui parler de son récit d’initiation au cinéma, le 19 septembre 2013.

Écouter la séquence sur le site de Europe 1

Lechoixdeslibraires.com

Le site lechoixdeslibraires.com consacre une page au Fantôme de Truffaut avec notamment un résumé du livre, une note sur l’auteur, un question-réponse auquel Frédéric Sojcher s’est livré, des extraits de l’ouvrage, le 21 septembre 2013.

Lire l’article sur le site Lechoixdeslibraires.com

Voici

« Belge avant tout, l’auteur ne vit que pour le cinéma, ce monstre cruel et fascinant, qu’il a adoré dès l’âge de 6 ans. Véritable Sisyphe, il porte son rêve et le réalise (Cinéastes à tout prix, Hitler à Hollywood). Atypique, touchant, Frédéric Sojcher raconte cette aventure personnelle, avec un brin de mélancolie et beaucoup de passion. »

Ariane Valadié, Voici, 27 septembre-3 octobre 2013

Afficher l’article complet

Arte Belgique (50°Nord)

Frédéric Sojcher était l’invité d’Éric Russon et ses chroniqueurs sur le plateau de « 50°Nord » (Arte Belgique), installé dans le hall du Théâtre de Namur, pour une émission spéciale « cinéma » organisée à l’occasion du Festival international du film francophone (FIFF) (à partir de 28’40” ), le 3 octobre 2013.

L’Express

« Un parcours impressionnant fait de hauts, de bas, de coups bas également, le tout résumé ici sous forme de notules parfois amusantes, toujours instructives. Un journal intime dépourvu de dates, couché au gré du ressenti ou des souvenirs de son auteur, où l’on croise Patrick Dewaere, Benoit Poelvoorde ou Marlene Dietnch, où on parle de judéité, de famille, de cinéma bien sûr. Pas besoin d’être cinéphile pour apprécier. Il suffit d’être curieux. Et sensible. »

Christophe Carrière, L’Express (supplément Styles), 2-8 octobre 2013

Afficher l’article complet

L’Humanité

« Sorte de film à sketchs cent pour cent biographique, l’ouvrage se lit comme on regarde un film. Frédéric Sojcher en est le personnage principal, le scénariste, le réalisateur et le sujet : un amoureux transi du cinéma dont on ne sait plus s’il est lui-même de pellicule ou de chair. Si Truffaut disait “Je tourne toujours autour de la question qui me tourmente depuis trente ans : le cinéma est-il plus important que la vie ?”, l’auteur apporte sa propre réponse le cinéma et la vie ne font qu’un. »

Stéphane Aubouard, L’Humanité, 11-13 octobre 2013

Afficher l’article complet

Focus Vif

« Sous-titré Une initiation au cinéma, le bouquin rassemble les souvenirs marquants de celui qui fit l’acteur encore enfant, réalisa des courts métrages dès la sortie de l’adolescence, et mena par la suite une carrière derrière la caméra (Cinéastes à tout prix, Hitler à Hollywood), dans l’enseignement (aujourd’hui à la Sorbonne, à Paris) et dans l’écriture avec une foule de livres engagés et souvent pertinents sur le cinéma, belge mais pas seulement. De Gainsbourg à Poelvoorde, de Deneuve à Trinon (Hadelin, transmetteur) en passant par… Jean-Claude Van Damme et bien sûr François Truffaut, les rencontres sont nombreuses et mémorables, au fil de pages rédigées sous forme de capsules percutantes et laconiques, aussi évocatrices que sobres de style. En émerge un autoportrait en mouvement, où la passion du 7e art, éminemment sincère et communicative, bride toute dérive nombriliste. »

Louis Danvers, Focus Vif, 11-18 octobre 2013

Afficher l’article complet

Slate.fr

« Dans son nouveau livre, le dixième, il retraverse sa vie au pas de course, sa vie éperdue de cinéma, les rencontres, les projets, les stratégies, les rebonds, les ratés, les surprises. Bonnes parfois, aussi. Et c’est, en même temps qu’un parcours personnel singulier, comme un travelling rapide à travers cela dont on ne cesse de parler sans savoir ce que c’est – “le cinéma”. Non qu’on le sache à l’arrivée, mais on en aura senti le souffle et le mouvement. »

Jean-Michel Frodon, Slate.fr, 20 octobre 2013

Voo Dijon (Le Grand Rendez-Voo)

Frédéric Sojcher était l’invité de l’émission « Le Grand Rendez-Voo » (à partir de 10′ ), le 24 octobre 2013.

Voir l’émission sur Dailymotion

RTBF – La Première (Par Ouï-Dire)

Pascale Tison reçoit Frédéric Sojcher pour parler longuement de son dernier ouvrage et plus globalement de son parcours, les 30 octobre et 13 novembre 2013.

Bande à part, magazine cinéma

« Dans son livre Le Fantôme de Truffaut, paru aux Impressions Nouvelles, ce Belge d’origine retrace son itinéraire cinéphilique et raconte avec humour et vivacité sa relation amoureuse au 7e Art. »

Anne-Claire Cieutat, Bande à part #9, novembre 2013

Afficher l’article complet

Cinergie.be

Jean-Michel Vlaeminckx interroge Frédéric Sojcher à propos de son récit autobiographique, novembre 2013.

Lire l’entretien sur le site Cinergie.be

Chroniques d’Asteline

« Cette autobiographie en “langage parlé” est séquencée par mots ou noms clés, présentant dans le désordre des anecdotes, tantôt amusantes, tantôt nostalgiques, parfois cauchemardesques, parfois didactiques (comme la correspondance entretenue temporairement entre Sojcher et François Truffaut). »

Jean Alinea, Chroniques d’Asteline, novembre 2013

Lire l’article complet sur le blog des Chroniques d’Asteline

Télé Bruxelles (#M, Le mag de la rédac)

Frédéric Sojcher était interrogé par Murielle Berck dans le magazine quotidien de la rédaction de Télé Bruxelles (à partir de 20’30” ), le 1er novembre 2013.

Revue Écran Total

« L’un des axes fondateurs de son parcours atypique est un échange épistolaire avec François Truffaut à l’âge de douze ans. La question de la transmission du cinéma et de son enseignement apparaît en toile de fond de l’ouvrage, qui met également en lumière les liens ténus entre cinémas belges et français. »

Revue Écran Total, 6 novembre 2013

Afficher l’article complet

Clap ! Mag

« Entre mémoires et “initiation au cinéma”, Le Fantôme de Truffaut de Frédéric Sojcher s’impose comme un anti-manuel pour cinéastes en herbe. Ludique, riche et réaliste, il se distingue des pavés théoriques type La mise en scène pour les nuls, en mêlant anecdotes personnelles et professionnelles, sensations et réflexions, mélancolie et désir. »

Ariane Picoche, Clap ! Mag, 13 novembre 2013

Lire l’article complet sur le site de Clap ! Mag

Revue Positif

« Sans jamais perdre de vue la passion du cinéma qui l’anime depuis l’enfance, l’auteur parle de sa famille (son père est le philosophe Jacques Sojcher), de ses amis, de ses amours et de ses métiers, avec une succession de saynètes aux titres amusants ou alléchants, name-dropping ou petites phrases (“Catherine Deneuve et Bo Derek”, “Je suis son chouchou”, “Un ministre de la Culture cultive”). La vivacité du croquis, l’émotion parfois, l’énergie débordante souvent, la réflexion lucide aussi, alimentent ces vignettes écrites au présent d’un style simple et franc, comme des paragraphes d’un journal intime, des séquences d’un film en devenir. […] La mélancolie cohabite avec l’humour. Ce n’est pas le moindre charme de cet élégant précis de vie et de cinéphilie. »

Yann Tobin, Revue Positif, décembre 2013

Afficher l’article complet

Baz’art : des films, des livres…

« Son livre est avant tout une très belle ode aux acteurs et à toute l’équipe d’un film. C’est une initiation aux pratiques du cinéma, à l’envers du décor des tournages qui  touchera beaucoup de monde, et notamment toutes celles et ceux qui rêvent d’entrer dans ce monde si mythique du 7e Art. Le Fantôme de Truffaut est composé de courts paragraphes, écrit au présent, comme des scènes de film, afin que son récit dépasse la simple expérience personnelle pour toucher le plus grand nombre. Mission totalement réussie pour ce récit que François Truffaut en personne n’aurait assurément pas renié. »

Philippe Hugot, Baz’art : des films, des livres, 11 décembre 2013

Lire l’article complet sur le site de Baz’art

Passiondulivre.com

Le site Passiondulivre.com, qui participe à l’enrichissement des pages Livres d’Amazon.fr, consacre une page au Fantôme de Truffaut avec notamment une dédicace de l’auteur, une présentation du livre, les premières lignes de l’ouvrage, un extrait de la revue de presse, le 19 décembre 2013.

Lire l’article sur le site Passiondulivre.com

Le Monde des livres

« Si rien ne se déroule tout à fait comme prévu, Sojcher, qui mène aujourd’hui en parallèle une carrière d’historien du cinéma, d’enseignant et de réalisateur entre sa Belgique natale et Paris, n’a rien perdu de son dynamisme. Il livre dans Le Fantôme de Truffaut, entre journal intime et observation participante, un regard plein de tendre cruauté, bourré d’anecdotes hilarantes, sur un milieu qu’il aime de toutes les fibres de son être et qui ne lui a pas toujours rendu la pareille. »

Jacques Mandelbaum, Le Monde des livres, 20 décembre 2013

Afficher l’article complet

France Culture (Projection privée)

Frédéric Sojcher est l’invité de Michel Ciment pour parler de son ouvrage Le Fantôme de Truffaut (à partir de 48’45” ), le 18 janvier 2014.

Écouter l’émission sur le site de France Culture

RTBF – La Première (Décadrages)

Un « ciné-récit » est dédié à Frédéric Sojcher dans l’émission de Jean-Louis Dupont, février et mars 2014.

Blog À part

« Frédéric Sojcher en veut, c’est sûr, et pourtant, pendant toutes ces années, il aura bien du mal à voir aboutir ses films – défections du producteur, du scénariste… […] C’est tout cela que raconte ce Fantôme de Truffaut – son auteur a entretenu une correspondance avec le réalisateur des Quatre cent coups qui lui prodiguait moult conseils -, et plein d’autres choses encore, justifiant sa lecture. Ne fut-ce que pour comprendre combien réaliser un film est un parcours du combattant où la volonté et le talent ne sont pas suffisants, l’impétrant étant d’abord dépendant de ceux qui sont prêts, ou non, à l’aider à donner vie à son rêve. »

Michel Paquot, Blog À part, 3 février 2014

Le passeur critique

« Sojcher n’a que 46 ans mais ce livre est déjà une autobiographie, qui emprunte la forme de son précédent ouvrage, Manifeste du Cinéaste, en y mêlant souvenirs personnels et réflexions sur le statut de créateur. […] Attention, Le Fantôme de Truffaut n’est pas un pensum. D’accès aisé et surtout jubilatoire, il est à l’image de ce qu’on imagine de son auteur : pédagogue et passeur. Passeur de passion, de savoir et d’un humour réjouissant, belge ou juif, peu importe… Jamais plaintif, Sojcher évoque ses échecs avec un talent rare et une remise en question, tel un acte de contrition ou d’auto-flagellation. Drôle de bout en bout, parsemé d’anecdotes tordantes (ah les nuits avec Emmanuelle Devos…), de constats sensibles sur le petit monde des cinéastes, Le Fantôme de Truffaut est une ode à la transmission. Alors, lisez ce livre et faites passer ! »

Daniel Rezzo, Le passeur critique, 22 février 2014

Lire l’article complet sur le site du Passeur critique

M… Belgique

« Il balance sans joker ses impressions mordantes sur une flopée de cinéastes qu’il a rencontrés, il multiplie les anecdotes épicées sur les bas-fonds de l’usine à rêves, il reconstitue la mutinerie qu’il a dû affronter lors du tournage de son premier long métrage. »

Noël Godin, M… Belgique, 21-27 mars 2014

Afficher l’article complet

France Culture (Backstage)

Frédéric Sojcher parle de son récit Le fantôme de Truffaut au micro d’Aurélie Charon à l’occasion d’une émission avec sa fille de 11 ans, Nastasjia Sojcher, pour le film documentaire « Je veux être actrice » (à partir de 35’22” ), le 14 décembre 2015.

Écouter le podcast sur le site de France Culture