aventucouverture181114site1.png

Les aventures

Planches à la première personne

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-234-1
Format : 17 x 24 cm
Pagination : 352 pages
Prix : 25€
Parution : janvier 2015

Des carnets qui deviennent par surprise une autobiographie… Les aventures. Planches à la première personne nous font entrer dans la vie de Jimmy Beaulieu, de 1998 à aujourd’hui.

De Québec à Montréal, de la librairie Pantoute au Festival d’Angoulême, Jimmy Beaulieu dessine ses rencontres avec des filles de rêve (avec qui il ne se passe rien), ses doutes, sa passion pour la bande dessinée, sa conscience politique qui s’aiguise, ses souvenirs familiaux… Au terme de ces Aventures, on aura rencontré un artiste et vu un jeune homme devenir – presque – un adulte. On aura aussi l’impression d’avoir écouté un ami nous parler de désir, d’amour, de fortune et d’infortune, de jeunesse, de mort, d’errance, et de la douce ivresse d’être vivant.

Les aventures. Planches à la première personne regroupe l’ensemble des œuvres autobiographiques de Jimmy Beaulieu ainsi qu’une soixantaine de pages inédites. Les lecteurs pourront enfin découvrir ou redécouvrir sous la même jaquette : Quelques pelures, Résine de synthèse et Le moral des troupes.

Pour sa première édition québécoise, le Prix des critiques et journalistes de bande dessinée distingue Les Aventures de Jimmy Beaulieu.

Ce prix vise à mettre en avant la créativité, la diversité et la richesse de la bande dessinée québécoise au-delà des frontières du Québec.

Il a été remis le 20 novembre 2015 au Salon du livre de Montréal, en présence de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, les deux auteurs français (mais installés au Québec), à qui l’on doit la saga Magasin général.

Pour cette première édition, l’œuvre lauréate a été choisie par un vote des adhérents de l’ACBD (en France et au Québec) parmi 115 bandes dessinées québecoises publiées entre le 1er juillet 2014 et le 30 juin 2015.

 

Revue de presse

Blog Bulles picardes (Courrier Picard)

« Pour un premier prix mettant en valeur la bande dessinée au Québec, il étaient, quelque part, l’auteur rêvé et l’album idéal. Tant l’un et l’autre parlent du Québec, de ses habitants et de son neuvième art. L’ACBD, l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée a donc choisi de primer l’intégrale des œuvres autobiographiques de Jimmy Beaulieu : Les Aventures, album édité en Europe par Les Impressions nouvelles, après l’avoir été fin 2013 au Québec par la maison Mécanique générale sous le titre Non-Aventures. […] Faisant volontiers dans l’auto-dérision, Jimmy Beaulieu rapporte des instants de vie souvent intimes, axés sur ses relations avec les femmes (qu’il dessine avec délicatesse et fort bien). Mais il évoque aussi plus largement ses amis, son boulot, ses états d’âme. Le tout dans un langage parlé très vivant et un peu “joual” qui apparaîtra – pour les lecteurs français – d’un “exotisme” charmant… »

Daniel Muraz, Blog Bulles picardes, 3 novembre 2015

Lire l’article complet sur le blog Bulles picardes

Comment ça marche

Jimmy Beaulieu est interrogé par Patrick Gaumer pour le magazine Comment ça marche à l’occasion de sa venue en France.

Afficher l’entretien

Blog Par la bande

« Les récits de Jimmy Beaulieu ne relatent pas des drames personnels […]. Ils ne tombent pas non plus dans les travers des récits “sympas” où l’auteur fait sourire (ou pas) de travers générationnels. Jimmy Beaulieu parvient à trouver le ton juste pour relater des événements simples , des états d’âme, des doutes : mal-être dû au célibat, interrogations avant un déménagement de Québec vers Montréal, joie de voir arriver le printemps, doutes sur l’intérêt de poursuivre son travail de dessinateur, retrouvailles familiales, temps qui passe dans son quartier, etc. À chaque fois, il parvient en quelques pages à planter une situation et à nous faire partager ses sentiments. Jimmy Beaulieu est également un excellent dessinateur. Son style, très “croquis”, est plein de vie. Qu’il décrive un paysage sous la neige ou une rue de Montréal, quelques traits lui permettent de planter très efficacement le décor.  Enfin (et surtout ?), son dessin est d’une grande sensualité. Il aime croquer de jolies filles, il le fait avec beaucoup de tendresse et un grand talent. »

Sebso, Blog Par la bande, 21 janvier 2015

Lire l’article complet sur le blog Par la bande

Tribune de Genève

« Ex-libraire, critique et éditeur, cet auteur au trait attachant se dévoile dans des Aventures un poil narcissiques mais touchantes. […] L’occasion d’apprécier la sensibilité et le savoureux sabir franco-canadien de l’homme qui a adapté en langage québécois la série Magasin général. »

Philippe Muri, Tribune de Genève, 31 janvier 2015

Afficher l’article complet

Focus Vif

« Québec, l’enfance, la famille, Montréal, les amis, le boulot et les filles… Même s’il parle beaucoup de lui et de ses proches, Jimmy Beaulieu dépasse largement dans ses carnets le cadre de l’autobiographie pour servir à ses lecteurs une vue dans les coulisses de la BD canadienne. […] Plus intuitif qu’académique, le dessin de cet autodidacte du crayon ne s’embarrasse pas de règles pour développer sa narration. Il est à l’image de ses scénarios, libres et sans buts avoués. […] Une belle façon de découvrir un pays, et une langue que l’on imagine proche, mais sur laquelle on trébuche régulièrement. Accroche ta tuque avec d’la broche, ça va swinguer. »

Vincent Genot, Focus Vif, 6 février 2015

Afficher l’article complet

Radio P.FM (Easyrider)

Olivier Valerio chronique Les aventures dans Easy Rider, l’émission rock, punk rock, country, power pop, garage, et bandes dessinées, le 8 février 2015.

Canal BD Magazine

« Publiées ces dix dernières années dans divers supports plus ou moins confidentiels, les 24 courtes histoires autobiographiques regroupées ici sont très impressionnantes de cohérence, dressant un portrait à la fois tendre et plein d’humour de leur auteur. »

Canal BD Magazine, février-mars 2015

Afficher l’article complet

Planetebd.com

« Si l’autodérision, les réflexions philosophiques, politiques, culturelles de la deuxième partie du livre permettent à son récit personnel de gagner en profondeur, les considérations d’un célibataire désoeuvré de la première moitié ont tendance à rappeler un réalisme cinématographique français en manque de recul et d’humour. Cet écart ne fait que mettre à jour le chemin, personnel et artistique, parcouru par l’homme. Un bilan nécessaire pour mieux passer à la suite ? »

Sarah Dehove, Planetebd.com, 1er mars 2015

Lire l’article complet sur le site Planetebd.com

BDZoom.com

Jimmy Beaulieu a répondu aux questions de Laurent Lessous pour le site BDZoom.com, à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage en Europe, le 2 mars 2015.

Lire l’entretien sur le site BDZoom.com

BDZoom.com

« Chose étonnante, qui démontre tout le talent de Jimmy Beaulieu, le lecteur passe d’une courte scène à une autre sans hiatus narratif. Un ensemble d’épisodes autonomes forment un tout cohérent, sans répétitions lassantes. […] Le trait est souvent jeté, proche parfois de celui de Joann Sfar. Il évolue avec le temps, et d’un récit à l’autre, de l’esquisse à l’aquarelle. Ce graphisme vivant, finalement très travaillé, permet de s’imprégner des décors de la Belle Province, des balcons de la ville de Montréal au littoral de la Gaspésie. […] Œuvre juste et sensible, cette bande dessinée de plus de 350 pages donne à comprendre la vision d’un artiste sur le monde qui l’entoure. Elle rafraîchit un pacte autobiographique un peu délaissé ces temps-ci dans le neuvième art. »

Laurent Lessous, BDZoom.com, 2 mars 2015

Lire l’article complet sur le site BDZoom.com

Comixtrip

« Ses récits parleront à cette génération de trentenaires-quadragénaires : conscience politique qui s’affirme, un célibat forcé, les grands doutes et les questionnements sur leur vie sentimentale et professionnelle ou encore les relations familiales (les repas, les deuils, les maladies, la vieillesse, le temps qui passe avec les restaurants qui ferment autour de son appartement, les cousinades…), le tout, entrecoupés de scènes d’enfance et d’adolescence et des premiers émois amoureux en croisant de belles filles. […] Il faut une sacrée dose d’auto-dérision et d’humilité, ce que possède l’auteur du Temps des siestes (Les Impressions Nouvelles, 2012), pour livrer une telle autobiographie, d’une excellente qualité. »

Damien Canteau, Comixtrip, 2 mars 2015

Lire l’article complet sur le site de Comixtrip

Blog Une autre histoire

« Si l’exercice difficile du “je” est le même pour tous, Jimmy Beaulieu s’inscrit dans une frange d’auteurs mélancoliques, à l’accent nostalgique doux amer. Il parle à ses lecteurs de choses simples, en introduisant un érotisme léger. Son regard sur les femmes, la sensualité et la sexualité sous-jacente caractérise ses albums, et rend son travail unique et très attachant. »

David Fournol, Blog Une autre histoire, 2 mars 2015

Parutions.com

« C’est le charme discret d’une chronique amère puis douce, un long happy end par un auteur qui ne se ménage pas mais s’aime bien. Et au-delà du graphisme sobre et poétique, au-delà des récits et des histoires qui interpellent le lecteur, forcément complice, il y a un souffle, celui de l’amitié… parce que, après avoir refermé l’ouvrage, on se dit que le gars Beaulieu, c’est l’ami québécois dont on rêve, le copain avec qui causer, boire, chanter. Un chouette, très chouette album pour les amoureux de la belle province, les garçons qui grandissent, les adultes qui restent jeunes, et tous ceux qui aiment sentir battre leur cœur. »

Gilles Ferragu, Parutions.com, 4 mars 2015

Lire l’article complet sur le site Parutions.com

France Culture (Un autre jour est possible)

Jimmy Beaulieu est l’invité culturel de Tewfik Hakem pour parler des Aventures qui regroupent les oeuvres autobiographiques de l’auteur canadien, à travers lesquelles, il met en scène un jeune homme de 25 ans qui hésite sur l’orientation à donner à sa carrière et à sa vie amoureuse, le 6 mars 2015.

Écouter l’entretien sur le site de France Culture

La BD en bulles

« Le style graphique, un crayonné très libre et décontracté, se focalise sur l’essentiel, même s’il ne néglige pas la justesse des attitudes et la richesse des décors. »

Marc Descornet, La BD en bulles, 8 mars 2016

Afficher le PDF de l’article complet

ActuaBD

« Dans l’ensemble, le ton est juste, aussi tendre que pudique, et Jimmy Beaulieu arrive à créer une véritable ambiance, à l’aide d’un dessin qui évolue au fil des années, vers toujours plus d’efficacité, de lisibilité et d’expressivité. De courtes histoires (de une à quatre pages) côtoient des récits beaucoup plus longs et fouillés. L’introspection et la mise à nu peut faire songer au Journal de Fabrice Neaud, mais en plus léger, quelques passages de réflexion artistique évoquent du Sfar, mais en moins lourd, et son dessin lorgne par moment vers celui d’Harmonica, Ukulélé ou Parapluie, et son humour n’est pas très éloigné de celui de Trondheim dans ses Petits riens, mais en moins cynique. Le tout dans une langue québécoise savoureuse, aux expressions truculentes et à la syntaxe très exotique pour le lecteur non-québecois, très agréable à lire. Pour conclure, ce recueil contient des histoires d’inégale qualité, mais c’est en partie là l’intérêt d’un tel travail, car, comme le souligne l’auteur lui-même : “L’inégal, ça dit quelque chose. Nos vies sont pas des chefs d’œuvre uniformes. Anyway, la perfection, c’est plat.” »

Tristan Martine, ActuaBD, 10 mars 2015

Lire l’article complet sur le site de ActuaBD

Positiverage

« Alors, bien sûr l’autobio a le vent en poupe depuis quelque temps déjà en bd et on a déjà lu cela chez d’autres auteurs trentenaires… Mais pas venant du Québec et il faut avouer que la culture spécifique de cette province canadienne, son passé et sa langue apportent un éclairage différent à ces “Aventures” bien sympas. »

Sullivan, Positiverage, 6 mai 2015

Lire l’article complet sur le site de Positiverage

Lectures

« Un voyage sensible singulier dévorant des milliers de kilomètres et déménagements formant un artiste qui de 1998 à 2013 va s’investir tant dans le trait que l’écriture dans un journal qui sous forme de roman graphique va produire fruits et merveilles. Un grand artiste se construit confirmant un talent certain au niveau de ses œuvres autobiographiques, contenues dans ce volume, agrémenté d’une soixantaine de pages inédites. »

Franz Van Cauwenbergh, Lectures, septembre-octobre 2015

Afficher l’article complet