Facebook
Instagram
Dailymotion
Newsletter

Les présents de l’écriture

Domaine(s) :
Genre(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-245-7
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 256 pages
Prix : 15€
Parution : mars 2015

Les présents de l’écriture est une anthologie des plus beaux textes (essais et fragments d’entretiens) écrits ou prononcés lors de la première décennie de Passa Porta, la maison des littératures.

Les textes qui y sont rassemblés font partie de cette littérature qui donne à penser, à s’ouvrir, à débattre. Avec des inédits d’Annelies Beck, Jens Christian Grøndahl, Alain Mabanckou, Claudio Magris, Alberto Manguel, Antonio Muñoz Molina, Nawal El Saadawi, Boualem Sansal, Mikhaïl Chichkine, Goce Smilevski, Ilija Trojanow, Dubravka Ugresic et Juan Gabriel Vásquez, et des fragments d’entretiens avec Paul Auster, Julian Barnes, A.S. Byatt, Mircea Cărtărescu, Bernardo Carvalho, Jonathan Coe, Marie Darrieussecq, Lydia Davis, Amitav Ghosh, David Grossman, Alan Hollinghurst, Siri Hustvedt, Howard Jacobson, Ismail Kadare, António Lobo Antunes, Amin Maalouf, Javier Marías, David Mitchell, Herta Müller, Ben Okri, Orhan Pamuk, José Luis Peixoto, Olivier Rolin, Jorge Semprún, Meir Shalev, Su Tong, Derek Walcott et Kjell Westö.

« Les écrivains qui comptent sont toujours plus que des fabriquants de beauté, de consolation ou de divertissement. Par leur travail, ils mettent réellement quelque chose en jeu et essaient de situer dans la société d’aujourd’hui, tout en gardant une distance critique par rapport au présent et aux pouvoirs dictant l’ordre du jour. La bonne littérature, qu’elle soit éloignée de nous temporellement ou géographiquement, reste toujours actuelle et continue de raconter ce que c’est que de vivre et de lire ici et maintenant. »

Piet Joostens

« The time is always now. Seul l’instant présent existe : et c’est maintenant ou jamais. »

Jens Christian Grøndahl

Agenda Magazine

« Le premier constat que l’on peut poser face à l’ouvrage Les présents de l’écriture, c’est qu’en dix ans d’existence, Passa Porta n’a certainement pas volé son titre de Maison “internationale” des littératures. Ce recueil édité suite aux festivités du dixième anniversaire de ladite Maison de la rue Dansaert réunit des réflexions d’écrivains originaires des quatre coins du monde. À travers une quinzaine d’essais écrits spécialement pour Passa Porta et de nombreux extraits de rencontres littéraires de ces dix dernières années, Les présents de l’écriture livre une série de réflexions sur l’importance de l’imagination, les liens et les dosages entre réel et fiction, les échanges entre les cultures et les langues, les dilemmes des traductions, le traitement du temps et les stratégies d’écriture, le tout parsemé de références à d’autres auteurs du passé (le Colombien Juan Gabriel Vásquez parlant de Dostoïevski, Julian Barnes de la révélation qu’a constitué pour lui la lecture de L’étranger de Camus, Olivier Rolin citant Perec qui citait lui-même Jules Verne…). »

Estelle Spoto, Agenda Magazine, 6 mars 2015

Lire l’article complet sur le site de Agenda Magazine

Le Monde

« Croire que l’on connaît un écrivain parce qu’on l’a rencontré, voilà une espérance hasardeuse. Commentant ce lien ambigu entre la présence d’un auteur et notre lecture de ses textes, Virginia Woolf soulignait “la difficulté d’être sûr que le sentiment de sa présence physique, avec tout ce que cela implique, ne biaise pas notre appréciation de son oeuvre”. Cette citation est donnée par la journaliste et écrivaine belge Annelies Beck dans un livre intitulé Les Présents de l’écriture. L’ouvrage rassemble des textes issus de rencontres organisées à Passa Porta, la maison des littératures de Bruxelles, avec des écrivains du monde entier. Dix ans durant, Annelies Beck y a animé de nombreux entretiens et elle signe dans ce volume une belle réflexion, où elle s’interroge : demander à des femmes et des hommes dont l’existence est disciplinée par l’écriture de s’exprimer de vive voix, qu’est-ce que cela signifie ? »

Jean Birnbaum, Le Monde, 22 mai 2015

Afficher l’article complet