Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Un peu de vie dans la mienne

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-115-3
Format : 14.8 x 21 cm
Pagination : 128 pages
Prix : 13€
Parution : août 2011

« Elle ne sait pas qu’au moment où elle m’écrit, je suis assis dans le noir et la sais m’écrivant. J’ai fait mes courses quotidiennes. Je n’ai acheté que du blanc car c’est ma semaine blanche. Elle connaît mes semaines monochromes, blanches, rouges, vertes, qui donnent sens à mon frigo devenu cohérent. Elle sait que j’ai aligné chacun des aliments à équidistance l’un de l’autre, qu’après avoir cuit les blancs d’œuf, j’ai mangé du fromage en m’autorisant cette petite impureté qu’est le pain de mie, puis un yaourt. Elle ne sait pas que toute la nuit j’ai tremblé du baiser qu’elle m’a donné. »

Il y a trois ans que Paul s’est retiré dans une maison de repos, assumant son incapacité à vivre sa vie, plus à son aise avec les fous qu’avec les gens dits normaux. Il y trouve une forme d’harmonie, tout entier absorbé dans sa grande passion, la poésie, et dans des rituels ponctués par les visites de son infirmier. Un jour il reçoit la lettre d’une femme qui l’a aimé. Il lui faut affronter une dernière fois ses souvenirs, et retrouver le monde du dehors.

La Croix

« Le très remarquable premier roman d’Emmanuelle Lambert, à qui l’on doit un portrait oblique et ressemblant d’Alain Robbe-Grillet, montre cette figure proche et inquiétante du fou. Doucement, avec une sobre tendresse, sans effraction, elle pénètre dans le “moi” de son personnage, lui donne voix et regard. Une voix calme, parfaitement mesurée et pourtant vertigineuse à force de solitude. »

Patrick Kéchichian, La Croix

Le Soir

« L’écriture raffinée d’Emmanuelle Lambert sublime cette incapacité à être ensemble de deux écorchés vifs. Un peu de vie dans la mienne est un premier roman d’une élégance rare : intime, subtil, déchirant. »

Adrienne Nizet, Le Soir

CritiquesLibres.com

« Un très beau roman empreint d’une grande sensibilité. La personnalité de Paul, fort et fragile à la fois, m’a complètement séduite, tout comme l’humanité que l’auteure place dans son écriture. Une écriture à la fois riche et sobre, qui peut jouer sur l’économie des mots pour dire la richesse des sentiments. L’auteure déploie son talent pour jouer avec la palette des émotions, sans trop en faire ; elle donne beaucoup de puissance à son intrigue à travers des petits riens et ça, c’est tout un art. C’est certainement ce qui permet de s’immerger avec autant d’aisance dans la destinée de Paul, car on s’identifie à coup sûr à lui à un moment ou à un autre dans notre peur d’affronter notre existence et le regard des autres. Une belle découverte que ce premier roman d’Emmanuelle Lambert judicieusement édité par les Impressions Nouvelles. »

Sahkti, CritiquesLibres.com, 12 septembre 2011

Lire l’article complet sur le site CritiquesLibres.com