Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Du côté des auteurs

Comme le dit avec grande force le beau livre de Judith Schlanger, La Mémoire des œuvres (Verdier poche, 2008), la littérature ne se limite pas à des textes. Elle est un ensemble de pratiques, qui ont nom produire, transmettre, enseigner. À certains moments de l’histoire, ces fonctions coïncident à la perfection – ainsi du classicisme où l’on enseignait les auteurs canoniques à reproduire, dans un but d’imitation et d’émulation mélangées. En d’autres périodes, il y a rupture complète entre production, transmission et enseignement, par exemple quand rejette les modèles traditionnels pour y substituer de nouvelles formes d’écriture dont on précise par ailleurs qu’il n’est pas possible de les apprendre comme on le ferait d’un métier ou d’une technique.

Les bouleversements actuels du système littéraire touchent d’abord à la matérialité du texte, qui s’ouvre au champ très vaste de l’intermédialité. Le texte s’allie aux images, aux sons, aux gestes ; il se fait spectacle et performance ; il passe de la passe à l’écran et à la scène ; il n’aspire plus toujours à épouser une forme durable ou définitive. Mais des changements tout aussi radicaux affectent les rapports entre auteurs et lecteurs, point névralgique s’il en est du choc entre héritage, création et apprentissage. Sous le double coup de la numérisation et de la culture participative, le lecteur moderne se pense comme auteur et surtout décide d’agir comme tel, individuellement ou de façon collective. Les appropriations d’un texte par ses lecteurs sont multiples : l’interprétation en est une, parfois très violente, mais aussi l’achat, le don, le partage, sans oublier le vol, puis aussi la reprise en vue d’une nouvelle création : imitation, parodie, détournement, voire copie, dont un auteur comme Kenneth Goldsmith a souligné les paradoxes en même temps que les innombrables opportunités.

Les deux grandes mutations de la littérature contemporaine, l’éclatement intermédial de l’objet d’une part et l’autonomie croissante de l’acte de lecture d’autre part se recoupent et se renforcent à bien des égards. Le projet des « lectures filmées » des Impressions Nouvelles a pour ambition d’explorer plus avant cette double métamorphose. Ces lectures participent en effet de l’élargissement matériel du texte. Mais comme elles ne sont pas faites par les auteurs mêmes, mais par des lecteurs, il s’ouvre aussi la possibilité de greffer sur l’objet-source des interprétations aussi personnelles qu’inattendues. Une telle initiative s’inscrit au cœur de la démarche transgenre des Impressions Nouvelles, dont il offre une dimension inédite, désormais radicalement ouverte aux lecteurs. Dès la rentrée de janvier 2017, le site web des Impressions Nouvelles publiera donc des lectures filmées de textes de son catalogue, sans distinction d’auteur ou de genre, mais toujours dans l’esprit d’innovation et d’indépendance qui caractérise la maison.

Nous commencerons par le projet de « vocalisation » de Vincent Tholomé du recueil de poésie Ce Monde.

22 juillet 2019

Faut-il publier les inédits des grands écrivains ? A fortiori les textes que les auteurs mêmes avaient mis de côté, voire demandaient qu’on détruise après leur …

7 mai 2019

C’est Paul Valéry – mais l’enseignement est borgésien, déjà – qui nous invite à imaginer la littérature du monde entier comme faite par un seul auteur – anonyme, …

26 mars 2019

Nathaniel Rudavsky-Brody, né en 1984 dans l’Ohio mais vivant à Bruxelles, est traducteur de poésie française vers l’américain, notamment des œuvres de Paul Valéry et …

18 février 2019

Grande figure de la bande dessinée belge et artiste aux multiples talents, Claude Renard est décédé le 17 février, à l’âge de 72 ans. Il …

16 janvier 2019

Le Morne au diable est un roman d’Eugène Sue de 1842, adapté en bande dessinée par Georges Beuville en 1950. La démarche paraît banale, mais …