Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Archives (2012 - 2014)
1 octobre 2012

Hormonia

Le docteur Schwartz est riche en seringues, il en a pour tous les goûts et pour tous les corps. Il parcourt les quartiers verts et les quartiers bleus de la capitale, et malgré les barbelés et les vigiles, il va partout où il veut.  Il reçoit les saluts de la milice, et le signe de croix des gens pieux, au hasard de sa flambante voiture triangulaire. Il joue des hormones comme d’un harmonium, il tire des substances des réservoirs de la Ligue, il passe pour avoir sauvé la vie de l’Héritière. Il a pourtant commencé sa carrière par un procès et il a récolté une amende à vie : mais depuis longtemps, il ne la paie plus.

Quand il était jeune il portait sur les jeunes corps en léthargie des mains professionnelles mais à présent qu’il n’a plus l’âge on suppose qu’il a réformé ses mœurs.  Il a aidé tant de malades. Personne ne veut savoir qu’il s’arrête à tout bout de champ dans une rue déserte ou entre deux étages, qu’il fait saillir son gros ventre géologique et se pique au Priaptor. Ainsi s’expliquent ses délires incessants, sa joie infatigable, son dévouement pour les jeunes filles, le succès de ses thérapies à l’aveugle et les trois portes de résine du sanatorium sur lequel il règne comme sur une colonie lunaire.

8 octobre 2021

Les nouvelles, comme tout récit, ont un début, un milieu et une fin, mais ce qui les gâche, c’est toujours leur fin, le sacrifice du …

2 septembre 2021

Qu’on le veuille ou non, la qualité d’un texte dépend autant du style que des idées. Mais s’il paraît commode de se faire une opinion …

8 juillet 2021

Notre époque a le goût de l’archive. Hantée par le spectre de la perte de la mémoire, elle adore le patrimoine, les collections, l’histoire. Son …

26 mai 2021

Cette notice n’est pas une provocation. En rapprochant deux auteurs, deux styles, deux livres, deux visions de la poésie on ne peut plus dissemblables –un …

27 avril 2021

Le non-dit est omniprésent dans les lettres, par voie de censure et, plus encore, d’autocensure, mais aussi à cause d’incompétence, puisque tout le monde ne …