Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Archives (2012 - 2014)
9 octobre 2012

Flèches 2013

La ruine du monde a fait sortir l’or de ses alvéoles. Il est vivant, il danse dans les cercles intérieurs, et les grands serviteurs du soleil, la tête encapuchonnée, les vêtements desserrés et coulants, battent des mains pour lui garder le rythme. Ils sont au comble de la joie, ils hurlent en musique, ils croquent des glaces en diamant.

À présent, chaque fois que je rencontre une jeune réfugiée et qu’elle parle, j’apprends de nouvelles choses sur le prix du passage. Ça ne se passe plus jamais dans une chambre ou dans un camion, mais dans une cave. Il y règne une lumière violente. Il ne s’agit plus de faire jouir mais de souffrir pour souffrir. Il y a des collectionneurs de souffrance et des dandys du rasoir.

Le couvre-feu cuit doucement dans la nuit. On mord à tâtons les viandes, on prend une douche froide et noire. Les jeux ont une teinture de cuivre et de silence : portraits, charades, chat perché, loup-garou, tandis qu’au dehors éclate la trompe des cris et des chiens. Les enfants tombent et dorment dans mes bras. Je les porte l’un après l’autre dans les vestiaires, ma femme revisse les sagaies.

8 octobre 2021

Les nouvelles, comme tout récit, ont un début, un milieu et une fin, mais ce qui les gâche, c’est toujours leur fin, le sacrifice du …

2 septembre 2021

Qu’on le veuille ou non, la qualité d’un texte dépend autant du style que des idées. Mais s’il paraît commode de se faire une opinion …

8 juillet 2021

Notre époque a le goût de l’archive. Hantée par le spectre de la perte de la mémoire, elle adore le patrimoine, les collections, l’histoire. Son …

26 mai 2021

Cette notice n’est pas une provocation. En rapprochant deux auteurs, deux styles, deux livres, deux visions de la poésie on ne peut plus dissemblables –un …

27 avril 2021

Le non-dit est omniprésent dans les lettres, par voie de censure et, plus encore, d’autocensure, mais aussi à cause d’incompétence, puisque tout le monde ne …