Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Archives (2012 - 2014)
9 octobre 2012

Flèches 2013

La ruine du monde a fait sortir l’or de ses alvéoles. Il est vivant, il danse dans les cercles intérieurs, et les grands serviteurs du soleil, la tête encapuchonnée, les vêtements desserrés et coulants, battent des mains pour lui garder le rythme. Ils sont au comble de la joie, ils hurlent en musique, ils croquent des glaces en diamant.

À présent, chaque fois que je rencontre une jeune réfugiée et qu’elle parle, j’apprends de nouvelles choses sur le prix du passage. Ça ne se passe plus jamais dans une chambre ou dans un camion, mais dans une cave. Il y règne une lumière violente. Il ne s’agit plus de faire jouir mais de souffrir pour souffrir. Il y a des collectionneurs de souffrance et des dandys du rasoir.

Le couvre-feu cuit doucement dans la nuit. On mord à tâtons les viandes, on prend une douche froide et noire. Les jeux ont une teinture de cuivre et de silence : portraits, charades, chat perché, loup-garou, tandis qu’au dehors éclate la trompe des cris et des chiens. Les enfants tombent et dorment dans mes bras. Je les porte l’un après l’autre dans les vestiaires, ma femme revisse les sagaies.

25 mars 2021

Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait n’est pas seulement le titre du nouveau film d’Emmanuel Mouret, c’est aussi l’expression qui aurait pu servir …

1 février 2021

Faut-il partager l’enthousiasme des prestigieux lecteurs d’Hélène Bessette (1918-2000), découverte par Paulhan et Queneau, louée par Simone de Beauvoir et Claude Mauriac, entre beaucoup d’autres, …

14 décembre 2020

En littérature, ce que Jean Paulhan nommait la Terreur, c’est-à-dire le rejet de toute rhétorique au nom de l’idéal de sincérité et de la parole …

13 octobre 2020

Cherchant une épigraphe pour un nouveau livre, je tombe sur une phrase de Lorand Gaspar  dans Feuilles d’observation (1986), qui a tout pour me plaire: …

6 août 2020

S’ils continuent à se faire, de temps en temps, metteurs en scène, les écrivains d’aujourd’hui ne rêvent plus du cinéma comme les auteurs de la …