Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Blog L'enfance de l'art
1 juillet 2016

Mes meilleurs souvenirs d’enfance, je les ai acquis longtemps après que  mon enfance s’était achevée.

J’ai appris à déformer la réalité passée comme on chauffe, sur un bec de gaz, une plaque de métal, pour lui donner une forme qu’elle n’avait pas. Une fois l’objet refroidi, sa forme semble naturelle. Elle n’était pas ainsi à l’origine, pourtant, elle ne pouvait pas être ainsi, elle a changé sans garder la trace de son apparence première. Elle est le résultat d’un travail machiné.

La vision nouvelle de l’enfance, obtenue par une série de transformations parfois minuscules, mais convergentes, se met peu à peu à ressembler au réel qu’on n’a pas connu. Dans sa cohérence, dans son accomplissement, elle constitue une seconde chance, qui permet de découvrir, dans les ruines d’une enfance détestée, les scintillements de la beauté.

Les émotions qu’on éprouve dans les années qui précèdent la puberté sont peut-être les plus strictement romanesques que j’ai vécues. Il est sans conséquence de les avoir vécues à retardement.

À retardement, mais non par procuration. La mémoire d’enfance est infaillible. Les souvenirs qu’elle n’a pas vécus en direct, elle les a stockés, pour les ressortir autrement, avec une intensité qui tient à leur longue compression souterraine, à leur jaillissement inattendu à un autre point du temps. L’écriture, alors, les relie d’un seul trait.

Le roman est la seule autobiographie.

31 mars 2020

Le Journal d’Isherwood (tome 1, 1939-1960, un gros livre de plus de mille pages) est en bonne partie un exercice spirituel. L’auteur a peur de …

17 février 2020

La lecture, qui passe pour un acte solitaire, nous relie au monde entier. Tout livre, y compris de pure fiction, est toujours une fenêtre sur …

18 décembre 2019

Quels sont, dans nos lectures et nos expériences cinématographiques ou télévisuelles, nos critères de jugement ? Qu’est-ce qui nous fait aimer telle pièce, tel genre, tel …

1 octobre 2019

La bande-annonce du livre annonce clairement la couleur : « Pour une nouvelle révolution sexuelle ». La quatrième de couverture, puis la préface de Virginie Despentes, enfin la …

2 septembre 2019

Dessinateur et caricaturiste, Cham (1818-1879) n’est aujourd’hui pas oublié. On cite encore son nom pour deux raisons, mais qui n’ont rien de glorieux : il était, …