Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Blog Réflexions sur la littérature (2010 - 2014)

L’art contemporain se veut hybride. Mais les mélanges des genres et des médias restent souvent timides et ne touchent pas aux rapports entre les autres eux-mêmes. Aujourd’hui, on illustre les livres de fiction ou de poésie comme on le faisait déjà il y a un siècle. Par rapport à Breton et Nadja, Sebald n’innove guère.

D’où l’intérêt de cette proposition de Charles Bernstein dans son analyse d’une exposition récente au MOMA de New York, « Inventing Abstraction, 1910-1925 » (ouverture décembre 2012). S’étonnant ‒ s’offusquant ‒ de la politique de non-traduction du musée, qui expose La Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars et Sonia Delaunay en V.F. seulement, sans nulle traduction anglaise, il attire également l’attention sur une autre singularité, elle solidement universelle : la pauvreté artistique et intellectuelle des cartons explicatifs, que l’on sait limités à quatre mentions : nom (de l’auteur), titre (de l’œuvre), année (de production) et médium (d’exécution).

Pour rompre l’isolement des arts, chose absurde eu égard aux discussions résolument transversales et interartistiques qui entouraient la genèse de l’abstraction, il suggère de compléter les légendes descriptives des tableaux par des fragments d’œuvres qui leur font écho en d’autres médias. Sous une toile cubiste de Picasso on donnerait ainsi à lire, par exemple, un texte de Gertrude Stein.

Il est clair qu’il y a mieux à faire, dans la présentation d’une œuvre, que de décliner les éléments de son état civil, pour utile et indispensable qu’il reste. Et il convient de préciser aussi que Bernstein ne cherche pas à puiser dans l’art pour expliquer l’art, mais pour mettre en garde contre la tentation de comprendre trop vite. Grâce à Stein, on verra de nouveau ce que nous pensons avoir assimilé, à savoir le caractère révolutionnaire de Picasso.

(Charles Bernstein, « Disfiguring Abstraction », in Critical Inquiry 39 : 3, 2013, pp. 486-497)

22 juillet 2019

Faut-il publier les inédits des grands écrivains ? A fortiori les textes que les auteurs mêmes avaient mis de côté, voire demandaient qu’on détruise après leur …

7 mai 2019

C’est Paul Valéry – mais l’enseignement est borgésien, déjà – qui nous invite à imaginer la littérature du monde entier comme faite par un seul auteur – anonyme, …

26 mars 2019

Nathaniel Rudavsky-Brody, né en 1984 dans l’Ohio mais vivant à Bruxelles, est traducteur de poésie française vers l’américain, notamment des œuvres de Paul Valéry et …

18 février 2019

Grande figure de la bande dessinée belge et artiste aux multiples talents, Claude Renard est décédé le 17 février, à l’âge de 72 ans. Il …

16 janvier 2019

Le Morne au diable est un roman d’Eugène Sue de 1842, adapté en bande dessinée par Georges Beuville en 1950. La démarche paraît banale, mais …