Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Blog Réflexions sur la littérature (2010 - 2014)

Comment distinguer la critique littéraire quand elle est vraiment  bonne? Le signe qui, souvent, en dit long, est le suivant: la capacité de parler,  indistinctement mais sans perte de qualité, du roman comme  de la poésie.  Facile à faire? Hélas non: beaucoup de ceux qui commentent admirablement le roman, ne savent pas quoi dire sur la poésie, et de nombreux critiques de poésie (on sait qu’il y a peu de lecteurs de poésie, mais les critiques ne manquent pas) ont une fâcheuse tendance à se confiner à elle, comme si le reste de la littérature n’avait pas d’importance.

Or, que l’on aborde le roman ou la poésie, c’est en tout premier lieu de littérature qu’il s’agit et il faut regretter l’époque, aujourd’hui bien lointaine, où les écrivains pratiquaient librement et simultanément les deux, passant du roman à la poésie (ou à d’autres genres bien entendu, y compris les genres non fictionnels) en fonction d’exigences propres au texte. Si, aujourd’hui, on a du mal à parler de la poésie, c’est parce qu’on l’isole de l’ensemble plus vaste de la littérature. À force d’insister sur le caractère exceptionnel de la poésie (“littérature de littérature”, “laboratoire”, “littérature pour écrivains”, etc.), on ne fait que l’asphyxier. Ce dont on a besoin, ce n’est pas de nouvelles études sur la poésie, mais d’études sur la poésie comme partie de la littérature, non comme littérature à part.

Un exemple? Le Dictionnaire égoïste de la littérature française de Charles Dantzig, que je lis avec autant de plaisir que les lectrices d’Elle (le livre obtint en 2005 leur grand prix). Plaisir du reste bien coupable, car visiblement Dantzig et moi n’avons pas les mêmes préjugés (il préfère le talent à la théorie, il ignore souverainement le Nouveau Roman, il n’y a pas dans ce livre de 1140 pages d’entrée Roland Barthes alors qu’il y en a un, fort critique admettons-le, sur Maurice Barrès, etc.). Et pourtant je m’émerveille à n’importe quelle page, car Dantzig écrit sur la poésie comme je rêverais de le faire moi aussi si je m’en sentais capable (quod non).

La façon dantziguienne est en même temps technique et convivial. Il se réjouit de voir qu’une speakerine de TF1 annonce un film sur l’Orient-Express en citant Barnabooth, il discute les audaces de la ponctuation trop rigide ou trop capricieuse chez tel ou tel, il mélange gaiement  les vies et les œuvres, la microscopie et le potin, et toujours la prose et la poésie, d’où, pense-t-on, la délicieuse surreprésentation des auteurs qui  mélangent les pinceaux pour se faire tantôt poètes et tantôt prosateurs (la “poésie en prose” ou le “roman du poète” étant bien entendu les pseudo-réponses aux vraies questions de la littérature). D’accord, Claude Simon n’est pas dans le Dictionnaire, c’est impardonnable. Mais il y a Larbaud, et encore Larbaud, et c’est rassurant, car avec lui c’est toujours la littérature qui gagne (avec Simon aussi, mais il y a aussi le plaisir des préjugés).

8 juillet 2021

Notre époque a le goût de l’archive. Hantée par le spectre de la perte de la mémoire, elle adore le patrimoine, les collections, l’histoire. Son …

26 mai 2021

Cette notice n’est pas une provocation. En rapprochant deux auteurs, deux styles, deux livres, deux visions de la poésie on ne peut plus dissemblables –un …

27 avril 2021

Le non-dit est omniprésent dans les lettres, par voie de censure et, plus encore, d’autocensure, mais aussi à cause d’incompétence, puisque tout le monde ne …

25 mars 2021

Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait n’est pas seulement le titre du nouveau film d’Emmanuel Mouret, c’est aussi l’expression qui aurait pu servir …

1 février 2021

Faut-il partager l’enthousiasme des prestigieux lecteurs d’Hélène Bessette (1918-2000), découverte par Paulhan et Queneau, louée par Simone de Beauvoir et Claude Mauriac, entre beaucoup d’autres, …