Jolie couverture médiatique pour le livre de Jacques Roisin, Dans la nuit la plus noire se cache l’humanité. Récits des justes du Rwanda, qui porte un regard vraiment neuf sur le génocide rwandais de 1994, avec une interview de 20 minutes sur La 1ère (RTBF) dans l’émission “Au bout du jour” d’Eddy Caekelberghs.

Parmi les 70 titres en compétition pour le Prix Papiers Nickelés SoBD 2017, Krollebitches de Jean-Christophe Menu a été retenu dans la première sélection auprès de 11 autres nominés. Ce prix récompense le meilleur ouvrage sur la BD et le patrimoine graphique. L’annonce du lauréat est prévue le samedi 9 décembre à 17h30 dans le musée éphémère du SoBD à Paris.

Shelter market de Chantal Montellier a fait partie de la première sélection de titres en lice pour le Grand Prix de la critique ACBD, aux côtés de 14 autres albums. Ce prix a pour ambition de mettre en valeur un album à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie. Le lauréat 2018 est Gipi pour La Terre des fils (Futuropolis).

Un long entretien de Nicole Malinconi avec Jean-Claude Vantroyen est à découvrir dans le supplément “Livres” du quotidien Le Soir des 11 et 12 novembre derniers, à propos de De fer et de verre. La Maison du Peuple de Victor Horta.

Le lundi 23 octobre 2017, au micro de Laurent Dehossay dans son émission « Un jour dans l’histoire » sur les ondes de La 1ère (RTBF), David Martens, co-auteur avec Bart Van den Bossche de 1947 Almanach littéraire, s’exprimait longuement en direct à propos de l’activité éditoriale en ébullition et du nombre impressionnant d’œuvres capitales publiées en 1947.

Sur le site ActuaBD, Didier Pasamonik se réjouit de la réédition de L’Épinard de Yukiko de Frédéric Boilet : “Ce qui fait la singularité de L’Épinard de Yukiko, c’est précisément de nous inviter à assister à ces jeux autant érotiques que formels. Art du plaisir et plaisir de l’art dans une même étreinte. Non, L’Épinard de Yukiko n’a pas usurpé sa réputation.”

Le quotidien français Libération consacre une pleine page au livre de Nicole Malinconi De fer et de verre. La Maison du Peuple de Victor Horta, qui retrace le destin de la Maison du Peuple, évoque la figure de l’architecte belge sans en faire la biographie, et célèbre la vie ouvrière, avec une pointe d’humour surréaliste.

La presse spécialisée BD et généraliste est unanime à propos de la réédition amplifiée et entièrement redessinée de Shelter market : cette dystopie sur les dérives policières et consuméristes de nos sociétés est encore et toujours d’actualité, et Chantal Montellier est incontestablement une artiste de son temps. Bref, “du grand 9e art !”

Ouverture de la saison des conseils de lectures pour cet été avec La Lecture de Jan Baetens, remarquable dialogue entre poésie, peintures de Henri Fantin-Latour et photographies de Milan Chlumsky, que Laurent Demoulin nous suggère sur le site du magazine Culture (ULG) : « L’ensemble, indéniablement, est une grande réussite. Un petit bijou. »

À l’occasion de la sortie de La direction d’acteur, Frédéric Sojcher, le coordinateur du livre, a dialogué avec David Courier (journaliste à BX1) à la librairie Tropismes le 30 mai dernier à propos de ce passionnant recueil d’entretiens sur un sujet aussi mystérieux que peu étudié. Découvrez la vidéo de cette rencontre réalisée par le site Cinergie.be, en partenariat avec l’Union des Artistes.

Après le cinéma shakespearien et wagnérien, découvrez la richesse de Luchino Visconti grâce à Véronique Bergen, interrogée par Adèle Van Reeth sur les ondes de France Culture pour l’émission « Les Chemins de la philosophie ».

Mondiale™ de Beb-deum et Alain Damasio dans Le Monde, c’est un peu Noces de Camus dans Le Figaro, en plus parfait. Nous ne pouvions espérer mieux.

Dans un long entretien avec Géant Vert pour le magazine dBD, Jean-Christophe Menu nous livre avec toute sa verve un bien bel assortiment de souvenirs quant à ses premières amours, de Morris à Franquin, à l’occasion de la sortie de Krollebitches. Souvenirs même pas en bande dessinée.

Jérôme Garcin nous gratifie une nouvelle fois d’une remarquable recension dans L’Obs. Cette fois, c’est Portraits en miroir de Jérôme Peignot qui a attiré son attention.

Un premier compte rendu de Addictions et Reliances de Sandrine Willems est à lire sur le site du Salon littéraire. “Cet ouvrage est à la fois un essai, un compte-rendu de discussions avec des toxicomanes, un travail d’anthropologie et de psychologie, et comme dans son livre précédent – Carnets de l’autre amour – un travail sur soi.”

Vincent Laisney, l’auteur du remarquable essai En lisant en écoutant. Lectures en petit comité de Hugo à Mallarmé, a participé à l’émission de France Culture « Poésie et ainsi de suite » le vendredi 10 mars. Découvrez aussi sur le site Diacritik une très belle lecture de cette brillante enquête sur une étape importante du processus de création littéraire.

Thierry Groensteen, auteur de la récente étude La bande dessinée au tournant, est longuement interrogé sur l’avenir du 9e Art dans le quotidien suisse La Liberté.

Découvrez un compte rendu fouillé de Jacques Dubois sur le site Diacritik de Ce que regarder veut dire de Daniel Vander Gucht, essai qui se présente autant comme un plaidoyer pour l’usage étendu de l’image en sociologie que comme un manuel destiné à s’exercer à la sociologie visuelle en développant des compétences propres au “regard sociologique”.

Simultanément à l’ouverture de l’exposition « Machines à dessiner », fruit d’une collaboration avec François Schuiten et Benoît Peeters, et à la sortie du deuxième tome de Revoir Paris chez Casterman, paraît aux Impressions Nouvelles l’album de coloriage Machines à colorier, mettant en scène l’univers onirique de Schuiten.

Dans La Quinzaine littéraire, Véronique Bergen signe une remarquable recension de l’ouvrage collectif Pourquoi nous sommes nietzchéens, coordonné par Dorian Astor et Alain Jugnon, qui dévoile et développe les pensées et les écritures dont nous avons grandement besoin aujourd’hui pour en finir avec tous les nihilismes du mécontemporain.

Dans le cadre de l’exposition « René Magritte… La trahison des images » qui se tient au Centre Pompidou de Paris du 21 septembre 2016 au 23 janvier 2017, nous attirons votre attention sur trois livres que nous avons édités à propos de cet immense peintre surréaliste belge.

À l’occasion de l’exposition « Hergé » organisée au Grand Palais à Paris du 26 septembre 2016 au 15 janvier 2017, découvrez les nombreuses publications que les Impressions Nouvelles ont déjà consacrées à cet auteur belge de bande dessinée principalement connu pour Les Aventures de Tintin.

Dans sa chronique « Deux minutes papillon », Géraldine Mosna-Savoye propose aux auditeurs de l’émission « Les nouveaux chemins de la connaissance » animée par Adèle Van Reeth un livre de philosophe qui vient de paraître. Le 13 septembre dernier, Galilée critique d’art d’Erwin Panofsky, traduit et préfacé par Nathalie Heinich, était à l’honneur sur les ondes de France Culture.

Dans La Libre Belgique, une belle chronique est à lire à propos de La semaine des martyrs, le nouveau roman de Gilles Sebhan qui mêle avec une grande force les histoires des uns et des autres, et celle du narrateur, à la grande Histoire.

Dans L’Obs du 23 juin 2016, un superbe article de Jérôme Garcin sur Chez Mauriac à Malagar de Claude Froidmont. « Ce que raconte [l’auteur], dans une prose émerveillée et avec une mélancolie souvent tempérée par l’humour, c’est la manière dont Malagar l’a fondé, éclairé, élevé, lui a fait connaître “la plénitude” qui est la forme païenne de la béatitude. »

Un long article dans Les Lettres françaises (supplément de L’Humanité) rend hommage au remarquable travail d’enquête de Renaud de Putter et Guy Bordin qui, dans leur livre Vies de Charlotte Dufrène. À l’ombre de Raymond Roussel et Michel Leiris, ont levé le voile sur cette femme oubliée.