Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Fraise et Chocolat 2

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-033-0
Format : 14.8 x 21 cm
Pagination : 192 pages
Prix : 16€
Parution : octobre 2007

Tout le monde a lu Fraise et Chocolat, l’un des événements éditoriaux de 2006 qui a permis la découverte d’une voix de femme totalement nouvelle en bande dessinée. Personne n’avait jamais parlé d’amour et de sexe comme Aurélia Aurita : avec franchise mais aussi avec humour, avec crudité mais non sans candeur. Le temps passe. « Chocolat » (Chenda) aime toujours « Fraise » (Frédéric), et en est toujours aimée, mais aux ébats se mêle le doute, l’enthousiasme se teinte de peur. Le monde extérieur aussi est là : une amie attachante (Kan Takahama), un voisin raciste, le quotidien et ses contraintes, la menace de la séparation, les superstitions petites et grandes de l’héroïne qui va jusqu’à invoquer le divin. Mais surtout il y a l’amour, et les vraies-fausses naïvetés qui font le style incomparable d’Aurélia Aurita et l’enchantement du lecteur (et des lectrices).

Livres Hebdo

« Revoilà “Chocolat” (Chenda) et “Fraise” (Frédéric). En racontant avec une naïveté calculée et une vraie crudité leurs amours et surtout leurs ébats dans un premier livre paru au printemps 2006, Aurélia Aurita avait fait son petit effet. […] Pour Chenda, c’est l’heure de l’introspection. La voici qui se remémore des phases délicates de son enfance, qui s’interroge sur son identité. Par petites touches, Aurélia Aurita dessine un superbe portrait d’une jeune femme hésitant entre la peur et l’enthousiasme de saisir par tous les bouts la vie qui s’offre à elle. »

Fabrice Piault, Livres Hebdo, 28 septembre 2007

Elle

« Aurélia, jeune Parisienne de 27ans, tient son journal intime en forme de bande dessinée. Elle raconte sa découverte du plaisir avec son amoureux. C’est déluré, osé, mais ça reste frais, tendre. […] Il n’est pas seulement question de sexe, mais de racisme ou de rapports professionnels compliqués (son amant est aussi auteur de BD). Et si Fraise et Chocolat était une belle histoire d’amour ? »

Patrick Williams, Elle, 29 octobre 2007

Album & Canal BD magazine

« Un an plus tard, la jeune femme a rejoint son compagnon au Japon, et le sexe occupe toujours une place prépondérante dans leur relation. Peu à peu, on apprend aussi à mieux connaître la narratrice, au travers de ses doutes, de ses peurs et de quelques souvenirs d’enfance un peu douloureux. Ce deuxième volume suit également le couple dans un voyage en Europe ponctué de dédicaces et de festivals BD. Un périple souvent très drôle car leur relation n’ayant pas encore été “officialisée” (le premier tome n’étant pas encore sorti), la jeune femme doit voyager incognito… Une chose est sûre désormais : on n’a pas fini de reparler d’Aurélia Aurita, de la fraîcheur de son dessin et de la vivacité de sa narration ! »

Album & Canal BD magazine n° 18, octobre-novembre 2007

Bodoï

« Remarquée avec Angora, un petit livre plein de sensualité publié par les éditions du 9e monde, Aurélia Aurita confirmait en 2006 tout le bien qu’on pensait d’elle, grâce au premier tome de Fraise et Chocolat. Un album qui récoltait sans doute le titre officieux mais envié de meilleur bouche à oreille de l’année ! […] Un an plus tard, nous retrouvons Chenda et Frédéric, toujours aussi épris l’un de l’autre. […] Ce deuxième opus permet aussi de faire plus ample connaissance avec la narratrice, qui lève le voile sur une partie de ses souvenirs et de ses doutes. Plein de vie et d’humour, le récit devient alors également touchant. »

Olivier Maltret, Bodoï, novembre 2007

France Soir

« Les lecteurs l’ont attendu, ce tome 2 de Fraise et Chocolat ! […] Alors que le premier album était essentiellement centré sur la vie intime du jeune couple qui découvrait tout juste les plaisirs de l’amour fusionnel, ce deuxième opus, beaucoup plus dense, nous en apprend davantage sur l’auteur. Toujours aussi drôle, la dessinatrice nous entraîne dans son quotidien, dans son attachement passionnel mais aussi dans ses angoisses, nouvelles ou passées. Si l’érotisme est toujours présent, il est agrémenté d’anecdotes savoureuses sur la vie de couple, et d’autres un peu plus émouvantes sur l’enfance de l’auteur et son parcours. On fond. »

France Soir, 10-11 novembre 2007

Blog de Lamiri

« Il y avait le porno-chic, simple mode de récupération maligne à but très lucratif (le style flacon de parfum phallique et collier “chienne” avec diamants de chez Gucci pour faire pâmer les Mlles Agnès), Aurélia Aurita a inventé le porno-chouette, juste pour le plaisir. »

Zazieweb, Blog de Lamiri, 13 novembre 2007

Lire l’article complet sur le blog de Lamiri

La Libre Belgique

« Le genre d’histoire qui fait monter le rouge aux joues jusqu’aux oreilles et/ou provoque d’agréables picotements dans la région du bas-ventre – les deux ne sont d’ailleurs pas incompatibles. […] Une histoire qui démontre qu’en matière d’amour charnel, la curiosité n’est pas un vilain défaut. […] Plus qu’une histoire de sexe, même si aussi passionné qu’expérimental, il occupe une place primordiale dans le récit, Fraise et Chocolat est avant tout une autobiographie, construite sur le modèle d’un journal très intime. »

Olivier Le Bussy, La Libre Belgique, 30 novembre 2007

Lire l’article complet sur le site de La Libre Belgique