Facebook
Instagram
Dailymotion
Newsletter

Le roman dans les ronces

ou La légende de Charles VI, roi fou, et de sa servante

Domaine(s) :
Thème(s) :
Collection :
ISBN : 2-906131-63-6
Format : 16 x 24 cm
Pagination : 192 pages
Prix : 15€
Parution : mai 2003

Au XVe siècle, une religieuse écrit, pour que ne se perde pas la mémoire de sa sœur. Leur mère ayant succombé à sa propre naissance, ce fut cette aînée qui l’éleva, dans la ferme où elle était servante ; puis, lorsque la petite eut dix ans, la jeune fille la laissa sur le seuil d’un couvent – étant elle-même conviée par la reine à venir réchauffer le roi mourant.

Charles, en effet, avait trop rêvé de délaisser le pouvoir, de jeter sa fortune aux pauvres, et de devenir un saint ; tandis que son frère et la reine, devenus amants, reprenaient son trône en main et mettaient à mort son enfant, le roi était devenu fou. Mais alors était arrivée cette petite servante de quinze ans, qui voulait le sauver.

Dès lors commence la traque, par une fille ivre d’amour, d’un homme déjà vieux qui n’en veut pas. Car Charles ne veut rien recevoir, n’aspirant qu’à se sacrifier. Il devra se faire chasser par les siens, errer dans les campagnes, et attraper la lèpre, pour finalement reconnaître que la petite Odette, devenue lépreuse pour le suivre, en sa passion avait atteint cet amour que, toujours en vain, il avait cherché.

Dans ce récit inspiré par l’histoire de Charles VI, sous forme de journal intime, où s’entrelacent le quotidien d’un monastère, des souvenirs d’enfance, et un roman d’amour, c’est toute une époque qui resurgit, dans le vif de sa pensée, ses émois, et ses sensations les plus infimes.

  • Finaliste en 2003 du Prix Rossel

Le Soir

« Un livre hors norme, hors du temps, parfaitement, tranquillement hors du commun. Un très beau livre, tout simplement, comme une chapelle romane s’élevant au bord du chemin, là où on ne l’attendait pas. »

Jacques De Decker, Le Soir, juin 2003

Le Matricule des Anges

« Fatigués de soleil à la fin d’un jour d’été, si vous avez envie de calme, douceur et spiritualité, lisez le roman de Sandrine Willems.…
Cette page sombre de l’histoire, aussi épineuse que les ronces, et qui donnera naissance à la guerre de Cent ans, est là comme illuminée par le personnage de cette servante, librement inspirée d’Odette de Champdivers, qui a soigné Charles VI jusqu’à sa mort. »

Emmanuelle Bal, Le Matricule des Anges n° 45

La Vie

« Voilà un roman d’une magnifique violence poétique. »

Marianne Dubertret, La Vie, juillet 2003

Sitartmag

« Sandrine Willems signe là un beau roman, cruel, émouvant, poétique, nostalgique, tout à tour lyrique et lucide… les adjectifs manquent pour donner une idée de la profondeur des pensées qui habitent chaque ligne de ce journal atypique… »

Blandine Longre, Sitartmag, septembre 2003

Le Carnet et les Instants

« Sensualité, écriture rugueuse, mêlant fiction et histoire documentée, tout y est, dans le roman de Sandrine Willems. Une révélation. »

Nicole Debarre, Le Carnet et Les Instants, février 2004

CritiquesLibres.com

« Beaucoup de sensibilité et de tendresse dans ces propos qui semblent flotter dans d’autres époques, d’autres lieux, nous emmener vers un monde inexistant dont la principale caractéristique serait la douceur. »

Sahkti, CritiquesLibres.com, 1er mai 2004

Lire l’article complet sur le site CritiquesLibres.com