Facebook
Instagram
Dailymotion
Newsletter

Nosferatu

contre Dracula

Domaine(s) :
Genre(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-648-6
Format : 13 x 19 cm
Pagination : 128 pages
Prix : 12€
Parution : février 2019

Lorsqu’en 1922, le réalisateur allemand F. W. Murnau réalise une des toutes premières adaptations cinématographiques de Dracula, le roman de Bram Stoker, il rebaptise le vampire en Nosferatu. Chef-d’oeuvre du cinéma muet expressionniste, son film reste à ce jour une des réussites les plus envoûtantes du cinéma fantastique. Depuis lors, de nombreux films ont poursuivi l’éloge du célèbre vampire, abandonnant le plus souvent la sombre mélancolie de Murnau pour donner libre cours à une imagination délirante mêlant calèches au galop dans la nuit, château médiéval, chauve-souris inquiétantes, jeunes femmes hurlant de terreur, effets de cape et rivières de sang. Cependant, de Nosferatu aux innombrables Draculas, il n’y a pas qu’un jeu de patronymes. Il importe dès lors de reprendre le dossier à sa source pour tenter de répondre à cette question essentielle : d’où viennent les vampires ?

Dirigée par Tanguy Habrand et Dick Tomasovic, « La Fabrique des Héros » explore au travers de ses personnages le grand répertoire de la culture populaire (de la littérature au théâtre, de la bande dessinée à l’animation, du cinéma à la télévision et au jeu vidéo). Confiés à des auteurs qui ont déjà fait la preuve de l’acuité de leur regard, ses petits livres noirs flanqués d’une silhouette éclairent de manière inédite des personnages solidement ancrés dans notre culture.

Sur le ton de l’érudition joyeuse, dont la passion n’est jamais absente, « La Fabrique des Héros » n’a pas vocation à retracer la vie d’un personnage et ne se présente pas non plus comme la bible du fan : en une centaine de pages, elle se présente bien davantage comme la rencontre entre un auteur et un héros ou une héroïne, dotés ou non de super-pouvoirs, des plus gentils aux plus méchants, dans un savant mélange d’intelligence et de subjectivité, d’exigence et d’accessibilité.

À raison de 4 à 6 titres par an, tous proposés au prix de 12 euros, cette petite encyclopédie collective de l’imaginaire propose autant une invitation au voyage qu’à la redécouverte. Ses premiers titres sont Jack Sparrow. Manifeste pour une linguistique pirate de Laurent de Sutter et Nosferatu contre Dracula d’Olivier Smolders.

CineChronicle.com

« Vampire et cinéma, l’union est, on le sait, consommée depuis les origines. La première gageur de ce formidable essai signé Olivier Smolders, écrivain et cinéaste […] est de parvenir à synthétiser en quelques 128 pages ce rapport fécond et conflictuel. […] Dans ce que Smolders appelle en introduction un « palimpseste d’images et de textes », le lecteur emprunte à ses côtés une série de chemins propre à un parcours labyrinthique qui permet de (re)découvrir les blasons d’un imaginaire morbide et ô combien fantasmatique. […] On ne peut que souhaiter que Smolders prolongera encore un peu ses pistes de réflexions à partir d’un corpus élargi. »

Jacques Demange, CineChronicle.com, 16 février 2019

Lire l’article complet sur le site CineChronicle.com

Le Carnet et les Instants

« Smolders souligne bien entendu l’importance capitale de cette œuvre et son indéniable originalité, mais il ne manque pas de la réinscrire dans une tradition où l’on rencontre des noms seulement partagés par le happy few : Polidori, secrétaire et médecin de Lord Byron, avec son personnage de dandy Lord Ruthven en 1820, l’Irlandais Sheridan Le Fanu avec Carmilla (1871). »

Frédéric Saenen, Le Carnet et les Instants, 23 février 2019

Lire l’article complet sur le site du Carnet et les Instants

Vampirisme.com

« Nosferatu contre Dracula est un essai aussi court qu’original, en cela qu’il choisit davantage de mettre en lumière la variation imaginée par Murnau plutôt que les descendants plus tape à l’œil dont Browning a été un des premiers artisans. L’ensemble est certes partisan (l’auteur ne cache pas son opinion sur certaines approches ou films), mais il fait mouche et permet d’aborder sous un angle un peu différent la genèse du cinéma des vampires. »

Adrien Party, Vampirisme.com, 6 mars 2019

Lire l’article complet sur le site Vampirisme.com

Bruxelles Culture

« Olivier Smolders revient sur la fonction du buveur de sang au cinéma et analyse l’évolution de Dracula, pour comprendre la manière dont il a été compris ci et là, passant de faire-valoir à protagoniste. […] Alors Dracula-Nosferatu, même démarche ? Reprendre le dossier aux débuts permet de relativiser et de comprendre ce qui caractérise chacun, avec de nombreux points de convergence mais aussi quelques singularités qui prouvent que chaque cinéaste est un artiste qui s’inspire d’un imaginaire tant collectif qu’individuel. Un essai qui devrait passionner les amateurs de fantastique et d’horreur ! »

Daniel Bastié, Bruxelles Culture, 15 mars 2019

Afficher l’article complet

BX1 (Le Cour(r)ier recommandé)

Le 15 mars 2019, en pleine période de carnaval, Olivier Smolders est l’invité de David Courier pour parler des origines du mythe de Dracula qui a quelqu peu perdu de sa superbe.

Revoir l’émission sur le site de BX1

Bref Magazine

« Tout ce que fait l’éclectique et pointu Olivier Smolders est hautement digne d’intérêt et ce petit livre récemment publié sur la figure du vampire l’est à son tour. »

Stéphane Kahn, Bref Magazine, 23 mars 2019

Lire l’article complet sur le site de Bref

Focus Vif

« L’ouvrage de Smolders ne se contente pas d’opposer les deux figures. […] Il établit aussi la généalogie du mythe, avant d’en étudier l’évolution à travers ses différentes incarnations, littéraires (chez Bram Stoker et d’autres) et cinématographiques (pour Murnau ou Dreyer, et dans les cycles Universal puis Hammer) en particulier. »

Jean-Pierre Pluijgers, Focus Vif, 4 avril 2019

Afficher le PDF de l’article complet

Dernières actualités du livre

Merci aux revues Focus Vif, dBD, Jeune Cinéma et Bref, au site de cinéma belge Cinergie, au magazine littéraire ActuaLitté, au quotidien Le Soir, à Livres Hebdo, à l’émission « Le Journal de la philo » sur France Culture, à la radio RTBF avec Eddy Caekelberghs pour La 1ère et Pascal Goffaux pour Musiq3 pour leur enthousiasme à l’idée du lancement de la collection La Fabrique des Héros.