Valets de nuit

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-308-9
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 160 pages
Prix : 14€
Parution : novembre 2015

Une femme rêve.

Un pirate, un horloger, un pâtissier, un fourreur, un maître-nageur, un dresseur d’otaries, un géographe, un pompiste… chaque nuit, son imaginaire s’empare d’un homme différent.

Des rencontres fantasques, sensuelles et extravagantes.

Comme des tableaux volés, des regards furtifs par un trou de serrure, ces trente-trois courts textes nous projettent parmi les rêves insolites d’une femme. Ses fantasmes et son humour nous invitent à rencontrer les hommes imprévisibles qui peuplent ses nuits, les « corps de métier » qui viennent titiller son imaginaire.

Nous sommes conviés à jouer avec eux au jeu des métamorphoses, tout au plaisir de franchir sous leur charme les portes de l’étrange.

France Inter (La librairie francophone)

Déborah Danblon, qui vient de réouvrir sa librairie La Licorne à Bruxelles, chronique Valets de nuit dans l’émission « La librairie francophone » animée par Emmanuel Khérad (à partir de 21’34” ), le 21 novembre 2015.

Écouter la séquence sur le site de France Inter

Blog Lire est un plaisir

« D’une rare élégance, les 33 courtes nouvelles érotiques de Corinne Hoex rassemblées dans le recueil Valets de nuit paru aux Impressions nouvelles à Bruxelles confirment, une fois de plus, le talent époustouflant de l’une de nos plus brillantes auteures qui y manie l’allusion subtile dans une langue finement ciselée, tout en délicatesse de syntaxe et de vocabulaire. »

Bernard Delcord, Blog Lire est un plaisir, 23 novembre 2015

Lire l’article complet sur le blog Lire est un plaisir

Blog Les belles phrases

« Que de corps musclés et rêves réjouissants pour la narratrice qui se métamorphose en mouche, en sable, que sais-je… L’imagination et la prose brillante font le reste : les micro nouvelles se lisent vite et se nourrissent de métaphores, d’humour, de chutes de reins et de rêves. Du beau travail vraiment, sous la bannière, chaque fois, de grands auteurs qui prêtent à épigraphes (Daudet, Giono, Rimbaud…). Toutes les professions y passent et la belle narratrice jauge les exploits d’abbé, d’explorateur, de pompiste, de pâtissier, jusqu’à éprouver les délices d’un boucher ! »

Philippe Leuckx, Blog Les belles phrases, 28 novembre 2015

Lire l’article complet sur le blog Les belles phrases

Blog de littérature (Antipode)

« La pointe de la plume très exacte et amusée, chatoyante et raffinée de Corinne Hoex dit à merveille ces mille manières d’éprouver les frémissements qui ravissent et vous pâment sous la caresse de mots affriolants, sous les doigts délicats d’un homme ou son regard pénétrant. […] Trente-trois rêveries au total, d’exquis moments, soyez-en sûres, mesdames. Et, vous messieurs, n’oubliez pas combien les mots, les beaux mots importent tant en amour pour éveiller les sens, donner la vie aux formes et créer la matière du plaisir… Un livre pétillant de malice érotique ! »

Éric Brucher, Blog de littérature (Antipode), 29 novembre 2015

Lire l’article complet sur le blog d’Antipode

Wolvendael Magazine

« Ici, elle joue très finement avec les suggestions par le biais de mots choisis pour leur pouvoir évocateur, sans jamais être grivoise ni vulgaire : une sorte d’exploit si on songe (pardon) que ce qu’elle raconte, ce sont trente-trois rêves de rencontres avec un homme par nuit. Aussi différent chaque fois que le géographe peut l’être du dresseur d’otaries, du pompiste, du cuisinier, du gardien de musée… »

Stève Polus, Wolvendael Magazine, décembre 2015

Afficher l’article complet

Webradio Espace livres

« On devine la gourmandise de Corinne Hoex à l’imaginer écrivant ces rêveries érotiques, ces fantasmes dont Freud se serait fait une friandise délectable s’il avait pu allonger sur son divan viennois la conteuse et l’écouter narrer de sa voix enjôleuse les doux sévices que lui infligent autant de figures masculines qu’il y a de chapitres à ce livre roboratif. Pour la narratrice avide, chaque nouveau partenaire invente, dans son environnement et avec ses accessoires, les fantaisies amoureuses que la belle encourage, détourne, pervertit à sa guise. Et défilent pour notre plus grand bonheur le pompiste, le pâtissier, deux jeunes abbés (les plus succulents !), la maître nageur (le plus surprenant) et bien d’autres que vous allez découvrir avec délices… Pour nous ouvrir l’appétit, après l’interview de l’auteure, nous avons demandé à la lectrice de bercer nos sens par une lecture inspirée… »

Edmond Morrel, Webradio Espace livres, 4 décembre 2015

Écouter l’interview sur le site Espace livres

Le Soir

« On prend un plaisir espiègle à lire ces fantaisies piquantes, à se laisser emporter par une langue ramassée, rythmée et belle, à sourire devant les citations de Hugo, Sévigné, Maupassant, Vian, Baudelaire, etc., qui accompagnent chaque rêve. Ces valets enjolivent de leur imaginaire nos journées autant que nos nuits. Et on se dit qu’on aimerait rêver ainsi, nous aussi. »

Jean-Claude Vantroyen, Le Soir, 5-6 décembre 2015

Afficher l’article complet

Blog Les plaisirs de Marc Page

« Les Lettres belges s’émoustillent… “Monsieur à la migraine” de Valérie C., “Je ne te mangerai pas tout de suite” d’Emmanuèle S., “La femme défaite” d’Edith S. S’en suit ce brick traversant les flots sensuels des rêves les plus audacieux. Arche de Noé peuplée des plus vaillants mâles aux ailes d’anges, ils se glissent dans les plis d’une soutane, sous le képi d’un gardien de musée. Le géographe, compas brandi, sculpteur au burin rougeoyant, du vigile à l’explorateur, du bourreau au croustillant plagiste, tous hantent les rêves d’une belle frémissante à l’idée de sentir le râteau du jardinier lui ratisser la plus infime parcelle ondoyant dans son petit jardin… »

Willy Lefevre, Blog Les plaisirs de Marc Page, 14 décembre 2015

Lire l’article complet sur le blog Les plaisirs de Marc Page

RTBF – La deux (Livrés à domicile)

Laurent Dehossay croque Valets de nuit dans un numéro spécial de LAD dédié aux chroniqueurs à Tour et Taxis, le 14 décembre 2015.

Voir la séquence sur le site de la RTBF

Blog Lire est un plaisir

« C’est poétique, comme l’est depuis longtemps, notre tradition de l’imaginaire poétique belge. Tout est possible, c’est ainsi que nous pouvons vivre sans être étouffé par la petitesse du pays. Ces récits courts sont imaginés avec un horloger, un fourreur, un géographe, un pompiste, etc. Le sculpteur propose une fin géniale, je vous conseille ce texte pour l’humour. Mais tous sont intéressants et jouissifs. “Le vigile” par exemple. Chaque texte est précédé d’une citation adéquate et c’est une entrée en matière délicieuse. Le style est simple, clair, évident et appelle à la suite de la lecture. »

Jacques Mercier, Blog Lire est un plaisir, 14 décembre 2015

Lire l’article complet sur le blog Lire est un plaisir

RTBF – La Première (Soir Première – Bande de curieux)

Nicole Debarre interroge Corinne Hoex à propos de son sixième livre de fiction sur les ondes de La Première, le 18 décembre 2015.

Écouter le podcast sur le site de la RTBF

La Libre Belgique

« Avec subtilité et une complicité charnelle avec la langue française, Corinne Hoex met les mots à l’épreuve et en fait une métaphore polissonne des émois du corps. On ressent constamment son plaisir à les faire bruisser, frémir, mentir ou soupirer sans qu’il soit permis de se méprendre sur les réalités qu’ils suggèrent. On est là dans un duo harmonieux entre l’écriture et son sujet. »

Monique Verdussen, La Libre Belgique, 21 décembre 2015

Afficher l’article complet

Site de l’Association royale des écrivains et artistes de Wallonie

« Écrit avec un luxe de métaphores et de succulents dialogues, le recueil s’effeuille avec gourmandise et rappelle la joyeuse époque des écrivains libertins de France… Et l’on pense inévitablement à l’Apollinaire en permission ou à l’esthète Pierre Louÿs ou encore à l’exquise Louise de Vilmorin ou à la peu sage Pauline Réage… Bref, rien que du beau linge, de jolies plumes et du papier de soie sur lequel furent couchées, dans des temps plus galants, de plaisantes aventures érotiques. Les « Valets de Nuit » de Corinne Hoex n’ont rien à envier  à ces Rois de cœur et à ces Dames de couette et ils nous convient à partager avec eux une partie de cartes émoustillante, pour autant que nous soyons de vrais As dans la matière… »

Michel Ducobu, Site de l’Association royale des écrivains et artistes de Wallonie, 21 décembre 2015

Lire l’article complet sur le site de l’AREAW

Le Carnet et les Instants

« Dites 33 et vous rencontrerez autant de personnages dans Valets de nuit, le dernier livre en prose de Corinne Hoex, lesquels vous seront tout dévoués comme l’indique leur titre. Peut-être pas tout le temps, mais en tout cas la nuit, quand vous rêvez. Est-on responsable de ses rêves ? Bien sûr que oui. Inconsciemment sans doute, à ceci près qu’ils correspondent probablement plus à un désir informulé ou informulable qu’au hasard de la position du dormeur ou à la qualité de son matelas. Ce sont ces rencontres furtives, totalement fantasmées ou secrètement souhaitées que nous racontent les trente-trois textes courts, économes, incisifs du volume. […] Trente-trois textes donc, titrés et typés, dévolus à un valet de rêve prompt à satisfaire tous les désirs, ou presque. Chacun de ces textes est introduit par une citation en exergue adaptée. La conteuse tient à ses lettres mais aussi à manifester son humour, qui rejaillira d’autant mieux que cette citation se verra accordée au récit qui s’ensuit, ou au contraire, sera tout à fait en décalage. Car tout fait farine au moulin pour reprendre l’une de ces expressions clichées qu’elle aime à retordre. Corinne Hoex a une grande connaissance des références qu’elle se choisit, mais aussi des habitus de ses personnages inspirés du réel et du social environnant. C’est tout cela que magnifie l’écriture, nouvelle à chaque page où le détour est inattendu. Corinne Hoex est poète, ici aussi. »

Jeannine Paque, Le Carnet et les Instants, 4 janvier 2016

Lire l’article complet sur le site du Carnet et les instants

RTBF – Musiq3 (Journal culturel)

Pascal Goffaux parle de Valets de nuit, « un ouvrage au parfum érotique qui charrie un humour sensuel », le 4 janvier 2016.

Écouter le podcast sur le site de la RTBF

Des livres au féminin

« Corinne Hoex nous invite dans un monde imaginaire, plein de sensualité et de poésie. Son humour et son panache se renouvellent à chaque page et à travers chaque rencontre plus fantasques les unes que les autres. Je ne connaissais pas ce genre de littérature et je m’attendais, avec mes préjugés de petite parisienne, à un livre érotique pour cinquantenaire déprimée. J’ai été agréablement surprise. L’écriture est souple, enchanteresse et Corinne Hoex nous emmène dans un monde où le plaisir est roi. Ici pas de descriptions audacieuses, ni de vulgarité, tout est dans la suggestion et l’imagination. »

Marine H., Des livres au féminin, 12 janvier 2016

Lire l’article complet sur le site Des livres au féminin

Blog Écrire ici aussi

« Les mots nous mènent dans cette chambre, ce lieu secret où l’auteure invite les professionnels du quotidien, pompiste, facteur, boucher, gardien de musée, explorateur, sculpteur, et autres et les regarde faire, admire leur savoir-faire, se laisse manipuler, baiser la main, piquer au vif, et se cambre et s’étire. Il y a des hommes qui reviennent dans ses rêves, le pâtissier, le jeune abbé, le géographe. Parfois ils ne sont là que pour que naisse le désir, que pour adoucir le sommeil, pour tromper la solitude, pour habiter la nuit, parfois même le jour. »

Marc Verhaverbeke, Blog Écrire ici aussi, 14 janvier 2016

Lire l’article complet sur le blog Écrire ici aussi

The Brussels Magazine

« En filigrane, il nous paraît aisé de deviner les aspirations de l’auteur, par le biais d’une écriture souple et rieuse. Les freluquets très peu pour elle. Il lui faut du muscle. Tarzan est le bienvenu. Son livre aurait pu s’intituler La traversée du désir, peuplé de rêves impertinents, de frôlements suggestifs. […] L’auteur possède des dons de transformiste. Tour à tour elle se métamorphose en marinade, fontaine, sable ou forêt. Irrésistible, elle parviendra à séduire un jeune abbé. Du coup – si j’ose dire – on a envie d’entrer dans les ordres. »

Marc Danval, The Brussels Magazine n° 355, février 2016

Afficher l’article complet

Blog Archaïon

« Entre deux métamorphoses en pieuvre ou en nuage, en côte de bœuf ou en chatte, nous participons, émoustillés et conquis, aux délires sensuels d’une poète. Et quel éloge du corps masculin, mine de rien. »

Christopher Gérard, Blog Archaïon, 17 février 2016

Lire l’article complet sur le blog Archaïon

Soir Mag

« Les rencontres font quelques lignes et emmènent les lecteurs dans de délicieuses rêveries sensuelles tant l’écriture de l’auteure belge est légère, élégante, poétique, amusante aussi, en un mot, exquise. »

Joëlle Smets, Soir Mag, 2 mars 2016

Afficher l’article complet

Magazine Imagine

« À quelques mois d’intervalle, deux auteurs, Corine Hoex et François Emmanuel, ont publié un recueil de 33 textes déclinant, l’une au masculin, l’autre au féminin, 33 variantes de la passion entre un homme et une femme. […] Et lorsque ces choses sont écrites avec l’élégance et la finesse de ces deux auteurs, l’exercice prend des allures de défi littéraire où les plumes se répondent tout en déclinant leur chant propre, pour le plaisir du lecteur. »

Thierry Detienne, Magazine Imagine n° 115, mai-juin 2016

AFFICHER L’ARTICLE COMPLET

Revue Le Non-Dit

« La jaquette de Valets de nuit ajoute en sous-titre 33 nuances de rêve, en clin d’œil malicieux au célèbre livre de E. L. James. Il s’agit bien ici de rêveries coquines, distillant surtout un érotisme parfaitement jubilatoire : en effet, les rêves ici racontés sont très drôles et restituent du même coup la légèreté indispensable à tout érotisme de bon aloi qui, hélas !, fait trop souvent défaut aux écrits dits érotiques répandus aujourd’hui à foison sous la plume trop lourde et platement descriptive de tant d’auteurs. Corinne Hoex évite ce piège grossier avec une belle maîtrise, et emporte le lecteur très consentant (d’ailleurs il en redemande) dans un tourbillon badin qui ne s’embarrasse d’aucune vraisemblance, tout en suggérant de parfaites délices… »

Thierry-Pierre Clément, Le Non-Dit n° 112, été 2016

Afficher le fichier Word de l’article complet

Derniers événements du livre

02/09/2016 → 04/09/2016
Quais de Morges
Salon/Festival