La semaine des martyrs

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-415-4
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 208 pages
Prix : 17€
Parution : août 2016

Dans ses romans comme dans ses essais, Gilles Sebhan s’inspire de sa propre existence et de ses passions. Il nous fait partager ses univers, sociologique et sexuel, sans fausse pudeur, tout autant que ses questionnements les plus intimes, qu’il sait aborder avec une lucidité foudroyante, n’hésitant jamais à s’interroger sur sa propre souffrance, ni sur son éventuelle « culpabilité ».

Dans La semaine des martyrs, le voici obsédé par une histoire d’amour avec Mohamed, un jeune et intrigant chauffeur de taxi du Caire, qui va mystérieusement disparaître de sa vie, alors qu’il se retrouve avec son ami photographe (Denis), sans en prendre encore réellement la mesure, plongé au cœur d’un événement historique majeur que les médias appelleront « la révolution égyptienne ». Près d’un millier de jeunes révoltés, baptisés ensuite « les martyrs », seront tués au cours de ces journées de janvier 2011 sur ordre de Moubarak.

Ce roman mêle avec efficacité les histoires des uns et des autres, et celle du narrateur amoureux, à la grande Histoire. Sebhan écrit au plus près de la chair, des désirs ou des répulsions, son récit est à hauteur d’homme. Avant même que l’on parle de révolution, il sait voir dans les situations, les visages, dans des jeux d’enfants pauvres sur la crête d’un mur, tombant d’un côté ou de l’autre, mais souvent de celui des ghettos où l’on cache la misère, les prémices de l’espoir comme les signes de la tragédie.

RTS La première (Vertigo)

Alors que Denis Dailleux était l’invité de Pierre Philippe Cadert pour son exposition « Égypte » à la galerie Focale à Nyon (Suisse) du 26 juin au 4 septembre 2016 dans son émission « Vertigo », le photographe en profite pour parler du livre de Gilles Sebhan (à partir de 12’50” ), le 23 juin 2016.

Écouter la séquence sur le site de RTS

Livres Hebdo

« Dans ce roman autobiographique tissé comme un tapis, Gilles Sebhan raconte de façon personnelle et émouvante la Révolution égyptienne telle qu’il l’a vécue, aux côtés du peuple du Caire, se mettant parfois en danger. On y voit passer la haute silhouette d’Alaa el-Aswany. Mais pour lui, à jamais, cette histoire aura un prénom, Mohamed, à qui ce beau livre sert de sarcophage. »

Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo, 1er juillet 2016

Afficher l’article complet

Critiqueslibres.com

« Dans ce roman un peu iconoclaste, Gilles Sebhan sort des sentiers battus par tous ceux qui ont voulu témoigner à chaud sur cet épisode sanglant de la révolution égyptienne. Il porte un regard différent, le regard d’un homme attiré par la beauté des jeunes autochtones, le regard d’un amoureux plongé dans une émeute à laquelle il ne comprend rien. […] Il voit cette révolution comme une manifestation romantique d’un peuple qui ne peut plus supporter son dictateur et qui le crie dans les rues. Il n’a pas compris tous les enjeux politiques, religieux et sociaux qui guident les belligérants. Il comprendra mieux quand une journaliste française leur expliquera les tenants et les aboutissants de cette révolution, il sera alors profondément écœuré, déçu qu’on ait tué sa révolte romantique et ses martyrs d’un autre temps. […] Un autre regard sur cette révolution, un regard qui nous incite à considérer la difficulté des rapports entre les hommes empêtrés dans des questions de richesse et de pauvreté, de pouvoir, de corruption, de religion … évoquées souvent avec le seul but de nourrir les intérêts de ceux qui les soulèvent. “Où est-elle cette révolution. Les morts je les vois bien. Mais les changements se font attendre.” Mais aussi, en creux, un plaidoyer pour une société où l’amour serait le guide suprême. »

Débézed, Critiqueslibres.com, 17 août 2016

Lire l’article complet sur le site Critiqueslibres.com

Le nouveau blog littéraire de Pierre Ahnne

« Un roman ?… Voire. Gilles Sebhan nous surprendra toujours : autofiction, fiction tout court (?), récit de vie, essai, demain, qui sait ?… et aujourd’hui quelque chose qui tient peut-être de tout cela en y ajoutant le reportage et le récit de voyage en Orient. Cet entrecroisement des genres n’ayant d’autre fin, comme d’habitude, que de les mettre en crise pour mieux les dépasser. […] Ne parlant pas l’arabe, ignorant du pays, il se trouve plongé dans un monde de signes qu’il s’agit en permanence pour lui, avec l’aide de Denis et de son assistant, Mahmoud, de décrypter. Et si le texte se laisse parfois aller à une abondance de détails matériels qu’on pourrait juger excessive, c’est que, comme dans le travail du photographe, mis en scène lors des récits de rencontres avec les familles qui constituent le cœur du livre, c’est à travers les apparences matérielles que l’essentiel doit peu à peu émerger pour se laisser saisir, dans toute sa dimension énigmatique. De la surface au plus profond, des séductions de l’exotisme à la proximité de la mort… C’est à un parcours initiatique que cette Semaine des martyrs invite et contraint. »

Pierre Ahnne, Le nouveau blog littéraire de Pierre Ahnne, 20 août 2016

Lire l’article complet sur le nouveau blog littéraire de Pierre Ahnne

La Libre Belgique

« Après un premier séjour, il retourne au Caire pour retrouver son Mohamed, mais tombe en plein dans l’ébullition de la place Tahir. Le 28 janvier 2011, Moubarak fait tirer à balles réelles sur les manifestants. Un millier de “martyrs” tombent. Après des jours et des jours de recherche, Mohamed sera retrouvé à la morgue. Entre-temps, nous aurons exploré avec le narrateur un Caire où les touristes ne s’aventurent jamais – y compris dans les lieux clandestins, “où les garçons sont censés s’aimer”. »

Jacques Franck, La Libre Belgique, 22 août 2016

Afficher l’article complet

Blog Manœuvres de diversion

« Son roman se distingue non seulement par le traitement délicat que l’auteur apporte à son sujet, mais aussi par une écriture à la fois discrète et néanmoins prodigue, sensuelle souvent, attachante tout le temps et incidemment mélancolique comme du Sebald. Et puis cette Semaine des martyrs est aussi le moyen de découvrir le magnifique travail du photographe Denis Cailleux, ce “photographe de l’Égypte qui veut être aimée […] Fragile et menacée, peut-être déjà mourante” (dixit Alain Blottière) ; il révèle aussi Le Caire sous un aspect peut-être plus interlope, du moins inédit, certainement plus proche, palpable, pour le lecteur, que ne pourra jamais le ressentir un touriste sur place… »

Yann Courtiau, Blog Manœuvres de diversion, 28 août 2016

Lire l’article complet sur le blog Manœuvres de diversion

Triage FM (Couleur Papier)

« La force du texte se décrypte en filigrane au fil des rencontres et des émotions. Et il en est une vers laquelle il nous entraîne avec ses inquiétudes, ses questionnements, ses désirs, ses impatiences. La rencontre a le visage d’un jeune taxi au regard sensuel et aux gestes retenus, disons interdits. Entre les deux hommes un jeu s’installe, un chassé-croisé obsessionnel où si la passion n’est pas nommée, elle en épouse toutes les contraintes, les faux espoirs et la blessure sourde du cœur entamé. L’issue de ce périple égyptien jalonné de violence, de mouvements de conscience du constat d’échec parfois des valeurs humaines, donc, à l’issue de ce texte on doit à Gilles Sebhan toute la dimension d’un éloge de la sensibilité. »

Erik Poulet-Reney, Couleur Papier (Triage FM), septembre 2016

Lire le fichier Word de la chronique complète

LaLucarne.org

« Un récit, oui, une réflexion sur la vie, son sens, si elle en a un… »

Hugues Demeusy, LaLucarne.org, 9 septembre 2016

Lire l’article complet sur le site LaLucarne.org

Radio Fréquence Paris Plurielle (HomoMicro)

Dans « HomoMicro, l’émission qui se prend aux mots », animée par Brahim Naït-Balk en partenariat avec Garçon Magazine, la chronique « C’est à lire, c’est à voir » de Eric Garnier est consacrée au roman de Gilles Sebhan (à partir de 30’30”), le 19 décembre 2016.

Écouter le podcast sur le site de HomoMicro

Derniers événements du livre

19/11/2016
Librairie Decitre Part-Dieu à Lyon
Signature/Rencontre
01/10/2016
Librairie Wallonie-Bruxelles à Paris
Signature/Rencontre
09/09/2016 → 11/09/2016
Place de la Carrière à Nancy
Salon/Festival
02/09/2016
Carreau du Temple à Paris
Signature/Rencontre

Dernières actualités du livre

Dans La Libre Belgique, une belle chronique est à lire à propos de La semaine des martyrs, le nouveau roman de Gilles Sebhan qui mêle avec une grande force les histoires des uns et des autres, et celle du narrateur, à la grande Histoire.