Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Le Pub d’Enfield Road

Domaine(s) :
ISBN : 978-2-87449-763-6
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 176 pages
Prix : 16€
Parution : mai 2020

Un professeur de lycée accompagne ses élèves et quelques collègues en excursion à Londres. Comme on peut s’y attendre, il profite de l’occasion pour prendre quelques moments de liberté dans l’espoir de retrouver l’atmosphère d’un autre voyage à Londres, fait il y a près de quarante ans à une époque dont les rêves ne se sont pas réalisés. Rongé de doutes mais doté d’une franchise exemplaire, le personnage traverse Londres qu’il observe avec perspicacité et mélancolie. Peu à peu affleurent des correspondances étranges qui donnent au récit une tonalité presque onirique.

La Libre

« C’est d’ailleurs une manière de jeu de piste dans lequel Rossano Rosi précipite le lecteur. En guise de loupe, la plume ludique de l’auteur laisse transparaître, au détour de chaque page ou presque, son plaisir à faire rouler les mots, les syllabes même, sous ses doigts. »

Marie Baudet, La Libre, 27 mai 2020

lire l’article complet de La Libre

Le Carnet et les Instants

« Un gourmet littéraire restera arrimé aux rails de la dégustation en goûtant page après page le travail sur la phrase, son rythme, le vocabulaire (cirons, miat, darse, etc.), les clins d’œil malicieux, les interpellations. In fine, Le pub d’Enfield Road projette dans l’essence de l’Art, qui doit déstabiliser et irriguer davantage qu’intriguer. »

Philippe Remy-Wilkin, Le Carnet et les Instants, 28 mai 2020

lire l’article complet sur le site du carnet et les instants

Le Soir

« Et puis il y a cette écriture, très littéraire, ciselée, travaillée, truffée de références, de métaphores et d’ironie et que l’on goûte comme un bonbon acidulé. Avec félicité. »

Jean-Claude Vantroyen, Le Soir, 13 juin 2020

Lire l’article du journal Le Soir

Karoo

« L’écriture, distillée et équilibrée, représente le principal indice dans ce jeu de piste menant à l’élucidation du mystère de ce voyage aux portes des souvenirs. “Au commencement était le calembour. Et ainsi de suite”, en empruntant au maître de l’Absurde, Samuel Beckett, sa célèbre citation pour la placer en épigraphe, le Liégeois emmène d’emblée le lecteur dans son univers rocambolesque et ludique. »

Valentine Duminuco, Karoo, 22 juin 2020

Lire l’article sur le site de karoo