Topffer_COUVsite

M. Töpffer invente la bande dessinée

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-187-0
Format : 17 x 24 cm
Pagination : 320 pages
Prix : 24€
Parution : janvier 2014

Jugés « éblouissants de verve et d’esprit » par Goethe, les albums de Rodolphe Töpffer sont aujourd’hui considérés comme les premières bandes dessinées. Publiées en pleine époque romantique, ces « histoires en estampes » jetaient les bases d’une nouvelle forme de littérature, vouée à la fiction satirique et fondée sur la coopération entre le texte et l’image.

Le succès de M. Jabot, M. Vieux Bois ou du Dr Festus fut immédiat : imités, contrefaits, traduits en plusieurs langues, ils se frayèrent même la voie des États-Unis, la future patrie des comics.

Töpffer est aussi l’auteur de romans, de savoureux récits de voyage, de pièces de théâtre et d’essais sur l’art. Parmi ces derniers, il faut distinguer un important corpus de textes consacrés à la caricature et sa propre pratique de dessinateur. Non content d’avoir créé les conditions de la bande dessinée moderne, Töpffer en fut aussi le premier théoricien.

Ce sont ces textes qui sont ici réunis, introduits par une étude fouillée et pénétrante qui replace le créateur genevois dans une continuité historique, détaille les circonstances de son « invention » et analyse les principaux ressorts de ses histoires, dont la folle gaieté est toujours agissante sur les lecteurs d’aujourd’hui.

En novembre 2014, le Salon des ouvrages sur la bande dessinée (SoBD) a accordé à Thierry Groensteen le Prix Papiers nickelés SoBD du meilleur ouvrage sur la BD et le patrimoine dessiné pour M. Töpffer invente la bande dessinée.

Parutions.com

« Dans un panorama détaillé de l’œuvre de Töpffer, Groensteen répond aux avancées de la recherche contemporaine et notamment aux travaux de Thierry Smolderen. […] Au-delà de ce débat contemporain, passionnant pour les amateurs, le livre a le mérite d’analyser dans le détail les traits saillants des bandes dessinées de Töpffer : la volonté de dépeindre des caractères, le goût pour leur interprétation graphique, et une ironie généralisée. […] Ces considérations sont d’une grande importance pour le bédéphile d’aujourd’hui. Elles nous permettent de remettre en question deux cent ans de pratiques variées, au moment où on nous annonce leur bouleversement général. Töpffer est une des clés qui permettent de comprendre d’où nous viennent les industries graphiques du vingtième siècle, et comment l’image est devenue synonyme de divertissement. »

Clément Lemoine, Parutions.com, 3 janvier 2014

LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE PARUTIONS.com

Positiverage

« Un livre complet et richement illustré incontournable pour ceux qui veulent en apprendre davantage sur l’histoire du Neuvième Art. »

Sullivan Carrard, Positiverage, 9 janvier 2014

LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE de POSITIVERAGE

ActuaLitté

« Plus que quelques jours désormais avant le coup de départ du Festival BD d’Angoulême, l’occasion de se pencher sur l’histoire d’un medium qui fut longtemps négligé avant qu’il ne gagne ses lettres de noblesse de par son statut de 9e art. Une conférence sera consacrée à la rétrospective de la BD samedi prochain, animée par la secrétaire de la Société archéologique Séverine Huguet, au sein du conservatoire communal de Barbezieux, tandis que le sujet a fait l’objet de la publication la semaine passée du livre M. Töpffer invente la bande dessinée, par Thierry Groensteen, aux Impressions nouvelles. »

Julien Helmlinger, ActuaLitté, 15 janvier 2014

LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE de ACTUALITTÉ

Sceneario.com

« On en ressort captivé par cet artiste assez méconnu du grand public et somme toute assez peu réédité depuis. Mais en parallèle, on est surtout émerveillé par cette leçon d’histoire de la BD que nous offre Thierry Groensteen, une leçon très documentée et argumentée avec passion […]. Un livre de référence à dévorer sans plus attendre ! »

Aubert Bonneau, Sceneario.com, 31 janvier 2014

LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE SCENEARIO.com

Le Courrier

« Cette question des origines et des critères retenus pour qualifier, ou non, telle ou telle œuvre de bande ­dessinée tient une large place dans l’ouvrage de Groensteen. Mais l’essai s’attache à l’ensemble de la vie artistique de Töpffer, y compris au-delà de sa seule personne. […] Pour ses recherches, Groensteen a eu accès aux notes personnelles et aux manuscrits originaux de l’auteur – ses “brouillons” comme il les appelait. L’occasion de montrer de nombreuses illustrations, d’ailleurs enrichies pour cette nouvelle édition. Et même si, comme le confirme Groensteen, “le débat des origines n’est pas clos”, ce travail de recherche capital, exhaustif par bien des ­aspects, continuera de faire référence. »

Vincent Gerber, Le Courrier, 1er février 2014

Lire l’article complet sur le site du Courrier

La Liberté

« On en rit encore. Les aventures de M. Vieux Bois ou de M. Jabot sont empreintes de cet humour de répétition, de cette fantaisie graphique à même de faire sourire les moins déridés de nos contemporains. Ces “histoires en estampes” sont pourtant bientôt bicentenaires. Elles sont l’oeuvre du facétieux Rodolphe Töpffer, souvent considéré comme le père de la bande dessinée (BD). Titeuf, Tintin et leurs comparses devraient donc incliner la mèche avec respect devant le pédagogue et écrivain genevois. Pour affirmer la figure tutélaire de Töpffer et pour illustrer le caractère fondamentalement novateur de son travail, Thierry Groensteen, ancien directeur du musée de la BD d’Angoulême, a remanié et actualisé son ouvrage de référence sur l’artiste genevois, M. Töpffer invente la bande dessinée. »

Thierry Raboud, La Liberté, 1er février 2014

Afficher l’article complet

Echos Art

« Thierry Groensteen livre une analyse minutieuse du travail de l’artiste, usant d’un corpus de textes extrêmement riche – une partie de ce corpus est reproduit en annexes en fin d’ouvrage. L’analyste propose d’abord un aperçu complet des oeuvres de ce dessinateur genevois qui, à cause d’une maladie occultant partiellement sa vue, à dû se résoudre à ne jamais devenir peintre. Töpffer à donc développé un tracé fin, épuré, qui rappelle anachroniquement la ligne claire d’Hergé. Ce tracé servait directement la narration : le récit, souvent incisif, devait être compréhensible immédiatement par lecteur. L’auteur évoque d’ailleurs des textes consacrés à la caricature, qui placent Töpffer, tout au moins, comme un des pères de nombre de dessinateurs humoristiques modernes, et parmi eux pas mal de dessinateurs de presse. »

Gwendal Fossois, Echos Art, 10 février 2014

LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE de ECHOS ART

BDencre

« Dans un contexte où la bande dessinée se dématérialise, tente de se réinventer dans une multitude de décalages esthétiques ou narratifs, M. Groensteen propose ici un retour aux sources qui inscrit la création en bande dessinée dans son histoire. Un ouvrage passionnant qui saura séduire un lectorat féru d’histoire et de bande dessinée. Mais, plus largement ce livre sait expliquer à tous, ce qui caractérise le neuvième art et surtout sa place dans la création artistique. Une volonté de définition qui pourrait sembler accessoire tant la bande dessinée est présente dans notre société moderne, mais qui est en fait essentielle tant il est difficile de la définir sans convoquer la littérature et le cinéma, dont elle est l’aînée. »

Alain Lamourette, BDencre, 23 février 2014

LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE de BDENCRE

BD Gest’

« Dans M. Töpffer invente la bande dessinée, Thierry Groensteen propose une réponse convaincante et détaillée sur la place centrale du Genevois dans la genèse du 9e Art. […] M. Töpffer invente la bande dessinée, par sa rigueur et sa richesse, est passionnant. Un livre indispensable pour tout bédéphile curieux des origines de sa passion. »

Arnaud Perroud, BD Gest’, 27 février 2014

LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE de BDGEST’

Auracan.com

« Thierry Groensteen explique Töpffer de la plus limpide des façons. Même si l’on parle d’un auteur disparu il y a plus d’un siècle, les explications permettent d’en faire un auteur contemporain. »

Hervé Beilvaire, Auracan.com, 28 février 2014

LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE AURACAN.com

BDencre

Alain Lamourette a rencontré Thierry Groensteen, analyste passionné et chercheur invétéré, afin de remonter le temps et revenir aux sources de la bande dessinée, le 14 mars 2014.

LIRE L’ENTRETIEN SUR LE SITE de BDENCRE

Zoo

« Un livre de réflexions essentiel pour avoir une vision d’ensemble des précurseurs du médium au XIXe siècle. »

Thierry Lemaire, Zoo, avril-mai 2014

Afficher l’article complet

Lectures

« Un essai brillant confirmant la science et le talent d’historien de T. Groensteen, fin et cultivé connaisseur d’un domaine ne cessant de révéler des archives incroyables, ouvrage prestigieux illustré de près de 120 illustrations conséquentes, complété d’une bibliographie abondante, parfaite et exemplaire. Un modèle de perfection et d’érudition. »

Franz Vancauwenbergh, Lectures, mai-juin 2014

Afficher l’article complet

Le Temps des Médias

« L’un des nombreux mérites du livre de Groensteen est de restituer, en dernière partie de celui-ci, des textes difficilement accessibles de Töpffer “théoricien”, notamment Réflexions à propos d’un programme (1836) et son Essai de physiognomonie (1845), à la fois “testament artistique” et aboutissement de ses réflexions sur la littérature en estampes. Ce retour au texte constitue une réponse aux thèses de Thierry Smolderen, auteur de Naissances de la bande dessinée (Les Impressions Nouvelles, 2009), qui aurait émis “l’idée provocatrice selon laquelle la notion d’art séquentiel condense précisément ce que Töpffer détestait et n’a eu cesse de combattre” (p. 86), autrement dit le progrès, et la conception de l’art telle qu’exposée par les théories de Lessing. »

Benjamin Caraco, Le Temps des Médias, printemps-été 2014

Afficher le PDF de l’article complet