Facebook
Instagram
Dailymotion
Newsletter

Mira

Domaine(s) :
Collection :
ISBN : 978-2-87449-178-8
Format : 14.5 x 21 cm
Pagination : 144 pages
Prix : 13€
Parution : octobre 2013

Consolatrice autant qu’aventurière, Mira aime et se laisse aimer avec intrépidité.

Ce qui la guide est le souvenir de son frère tué à la guerre.

De place en place, sans renoncer à son indépendance, elle se prête aux travaux et aux jeux qu’on lui propose.

Son corps et son imaginaire réconcilient les vivants et les morts.

Le livre Mira était sélectionné parmi les 5 finalistes du prestigieux prix Sade 2013.

La Libre Belgique

« Une fiction transgressive, fantasmatique, réservée à d’avertis lecteurs. La lauréate du prix Rossel 1996 (pour Le Jour du chien) y circule dans des souterrains de l’âme où frissonnent les feux de sa sulfureuse imagination. Feux qui sont cris d’oiseaux, ou échos de cruels rituels. Disons-le résolument sans rire : la Barbière et Mira eussent fait à coup sûr les riches heures du Théâtre du Grand-Guignol (de l’impasse Chaptal, à Pigalle) où frémirent des générations de spectateurs, de 1897 à 1962. Car il y a de l’humour noir (celui que célébra Breton dans son Anthologie ; celui aussi de Kafka et de Beckett) dans ce recueil étoilé d’accents sadiens ou masochistes. De son émouvante Mira, Caroline L. parle splendidement, comme d’une sœur à la fois fragile et forte dont elle peint les vertiges. Noir poème écrit à lame nue. »

Francis Matthys, La Libre Belgique, 30 septembre 2013

Lire l’article complet sur le site de La Libre Belgique

Le Carnet et les Instants

« Désir ou offrande de soi ? L’attitude est ambiguë, toute dans l’aspiration. Autant la sexualité féminine était exhibée dans le premier conte, dans son ostentation comme dans son refus, autant elle se révèle discrètement dans les deux autres, par le dedans, toutes les évocations du sexe étant internes et rhétoriques. Les images les plus osées sont énoncées dans le plus grand raffinement et toujours avec une pointe d’humour. Mira est la narratrice idéale pour transmettre une histoire qui existerait de tout temps et n’attendrait que ses mots pour être dite ou écrite. »

Jeannine Paque, Le Carnet et les Instants, octobre 2013

Afficher l’article complet

Le Soir

« Caroline Lamarche pratique une écriture toute en retenue -parfois pour dire, sur un ton d’une parfaite modération, des horreurs. Cette écriture, mieux probablement que le feraient de grands flamboiements, s’insinue en nous comme un poison dont très vite il n’est plus question de se passer. Quitte à prendre, au passage, quelques grandes claques salutaires. »

Pierre Maury, Le Soir, 14 octobre 2013

Afficher l’article complet

Télé Bruxelles (#M, Le mag de la rédac)

Caroline Lamarche était interrogée par David Courier dans le magazine quotidien de la rédaction de Télé Bruxelles (à partir de 20’10”), le 24 octobre 2013.

Elle Belgique

« Vous souvenez-vous de cette campagne de pub pour un opticien où un oeil mis à la verticale suggérait subitement l’origine du monde ? Mira, c’est un peu ça : le sexe comme un moyen d’appréhender le monde, le regard comme une pénétration. Les quatre chapitres de “Mira” ont la consistance des fantasmes : pendant que l’héroïne passe des bras d’un cuisinier à ceux d’un maître-nageur, d’un port à une île, à la recherche de son frère mort à la guerre, tout est onirique. […] La Belge Caroline Lamarche signe un sublime conte érotique, plein de symboles qui taquinent et tourmentent à l’envi son lecteur. »

Marie Segura, Elle Belgique, novembre 2013

Afficher l’article complet

Arte Belgique (50° Nord)

Caroline Lamarche était l’invitée d’Éric Russon sur le plateau de « 50° Nord », installé sur la scène du Théâtre 140, pour une émission spéciale organisée à l’occasion des 50 ans de la salle de spectacle bruxelloise (à partir de 18’45”), le 7 novembre 2013.

Antipode (Chronique littéraire)

« Ce serait faire affront à Caroline Lamarche de la croire surfer sur la mode actuelle de la littérature érotique, elle qui en 2004 déjà avait publié le sulfureux Carnets d’une soumise de province chez Gallimard. On se situe ici à un tout autre niveau que celui de la complaisance voluptueuse et sentimentale en vogue. Avec Mira, publié aux Impressions nouvelles, on se laisse emporter dans l’ordre cruel des contes, et un ordre essentiellement poétique où c’est l’écriture qui importe – ses clartés noires, ses ombres lumineuses. La cruauté, le phantasme, les accents sadiens ou masochistes, les glissements de l’érotisme vers une forme de banalisation pornographique se subliment dans un phrasé d’une maîtrise et d’une limpidité brûlante, dans un verbe suggestif autant qu’émouvant, une langue dont on sait qu’elle sert autant à parler qu’à embrasser. Et qui nous dit “regarde”, mira : le trou aveugle du vertige. »

Éric Brucher, Chronique littéraire (Antipode), 22 novembre 2013

RTBF – La Deux (Livrés à domicile)

Thierry Bellefroid et la lectrice du jour accueillent très chaleureusement Caroline Lamarche pour parler de Mira, le 9 décembre 2013.

Écouter l’émission sur le site de la RTBF

France Culture (Du jour au lendemain)

Alain Veinstein reçoit Caroline Lamarche pour ses romans Mira (Les Impressions Nouvelles) et La Mémoire de l’air (Gallimard), le 1er mars 2014.

Écouter la séquence sur le site de France Culture

RTBF – Musiq3 (Le grand charivari)

Pascale Seys reçoit Caroline Lamarche pour parler notamment de sa passion d’écrire et de ses trois derniers livres : Mira (Les Impressions Nouvelles), La Mémoire de l’Air (Gallimard) et Enfin Mort (Le Cormier), le 24 mai 2014.

Derniers événements du livre

13/03/2017
Maison Autrique à Bruxelles
Signature/Rencontre