Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Du côté des auteurs
14 janvier 2015

Au premier abord, la couverture pourrait sembler sage, presque trop consensuelle : un message de fraternité, dans le prolongement des grands rassemblements de dimanche. « Tout est pardonné » : pourquoi pas, à condition de se souvenir avec Jacques Derrida qu’on ne peut pardonner que l’impardonnable.

Mais le dessin et le titre peuvent se lire de façon plus ironique : si Mahomet lui-même se sent Charlie, alors oui, tout est pardonné aux amis de la dernière heure et aux récupérateurs de tous poils.

Et l’impertinence est là, discrète mais bien présente, au cœur du dessin de Luz. Si le visage de Mahomet est d’une profonde tristesse, il ne faut pas beaucoup d’efforts pour trouver des allures de bite à son turban. Et la larme blanche rappelle cette fiente de pigeon sur l’épaule de François Hollande, qui fit pouffer Luz dimanche.

Bref, c’est une vraie image, directe et complexe à la fois, un parfait mélange d’intelligence et d’évidence. Merci à Luz pour son courage et son talent. Merci Charlie.

8 octobre 2021

Les nouvelles, comme tout récit, ont un début, un milieu et une fin, mais ce qui les gâche, c’est toujours leur fin, le sacrifice du …

2 septembre 2021

Qu’on le veuille ou non, la qualité d’un texte dépend autant du style que des idées. Mais s’il paraît commode de se faire une opinion …

8 juillet 2021

Notre époque a le goût de l’archive. Hantée par le spectre de la perte de la mémoire, elle adore le patrimoine, les collections, l’histoire. Son …

26 mai 2021

Cette notice n’est pas une provocation. En rapprochant deux auteurs, deux styles, deux livres, deux visions de la poésie on ne peut plus dissemblables –un …

27 avril 2021

Le non-dit est omniprésent dans les lettres, par voie de censure et, plus encore, d’autocensure, mais aussi à cause d’incompétence, puisque tout le monde ne …