Facebook
Instagram
Dailymotion
Newsletter

Du côté des auteurs
14 janvier 2015

Au premier abord, la couverture pourrait sembler sage, presque trop consensuelle : un message de fraternité, dans le prolongement des grands rassemblements de dimanche. « Tout est pardonné » : pourquoi pas, à condition de se souvenir avec Jacques Derrida qu’on ne peut pardonner que l’impardonnable.

Mais le dessin et le titre peuvent se lire de façon plus ironique : si Mahomet lui-même se sent Charlie, alors oui, tout est pardonné aux amis de la dernière heure et aux récupérateurs de tous poils.

Et l’impertinence est là, discrète mais bien présente, au cœur du dessin de Luz. Si le visage de Mahomet est d’une profonde tristesse, il ne faut pas beaucoup d’efforts pour trouver des allures de bite à son turban. Et la larme blanche rappelle cette fiente de pigeon sur l’épaule de François Hollande, qui fit pouffer Luz dimanche.

Bref, c’est une vraie image, directe et complexe à la fois, un parfait mélange d’intelligence et d’évidence. Merci à Luz pour son courage et son talent. Merci Charlie.

26 mars 2019

Nathaniel Rudavsky-Brody, né en 1984 dans l’Ohio mais vivant à Bruxelles, est traducteur de poésie française vers l’américain, notamment des œuvres de Paul Valéry et …

18 février 2019

Grande figure de la bande dessinée belge et artiste aux multiples talents, Claude Renard est décédé le 17 février, à l’âge de 72 ans. Il …

16 janvier 2019

Le Morne au diable est un roman d’Eugène Sue de 1842, adapté en bande dessinée par Georges Beuville en 1950. La démarche paraît banale, mais …

29 novembre 2018

On connaît la définition de Flaubert dans le Dictionnaire des idées reçues (publication posthume en 1913) : « Poésie (La) : Est tout à fait inutile : passée …

17 octobre 2018

Presque tous mes livres traitent de l’amour, on me demande parfois pourquoi. C’est un choix romanesque plus qu’une obsession. Un thème intime, comme la neige …