Facebook
Instagram
Dailymotion
Youtube
Newsletter

Du côté des auteurs
14 janvier 2015

Au premier abord, la couverture pourrait sembler sage, presque trop consensuelle : un message de fraternité, dans le prolongement des grands rassemblements de dimanche. « Tout est pardonné » : pourquoi pas, à condition de se souvenir avec Jacques Derrida qu’on ne peut pardonner que l’impardonnable.

Mais le dessin et le titre peuvent se lire de façon plus ironique : si Mahomet lui-même se sent Charlie, alors oui, tout est pardonné aux amis de la dernière heure et aux récupérateurs de tous poils.

Et l’impertinence est là, discrète mais bien présente, au cœur du dessin de Luz. Si le visage de Mahomet est d’une profonde tristesse, il ne faut pas beaucoup d’efforts pour trouver des allures de bite à son turban. Et la larme blanche rappelle cette fiente de pigeon sur l’épaule de François Hollande, qui fit pouffer Luz dimanche.

Bref, c’est une vraie image, directe et complexe à la fois, un parfait mélange d’intelligence et d’évidence. Merci à Luz pour son courage et son talent. Merci Charlie.

14 décembre 2020

En littérature, ce que Jean Paulhan nommait la Terreur, c’est-à-dire le rejet de toute rhétorique au nom de l’idéal de sincérité et de la parole …

13 octobre 2020

Cherchant une épigraphe pour un nouveau livre, je tombe sur une phrase de Lorand Gaspar  dans Feuilles d’observation (1986), qui a tout pour me plaire: …

6 août 2020

S’ils continuent à se faire, de temps en temps, metteurs en scène, les écrivains d’aujourd’hui ne rêvent plus du cinéma comme les auteurs de la …

27 mai 2020

Lorsque nous avons commencé à regarder les films sur le petit écran, Jean-Luc Godard a résumé la différence par une célèbre boutade, diversement commentée depuis: …

31 mars 2020

Le Journal d’Isherwood (tome 1, 1939-1960, un gros livre de plus de mille pages) est en bonne partie un exercice spirituel. L’auteur a peur de …