Facebook
Instagram
Dailymotion
Newsletter

Du côté des auteurs
14 janvier 2015

Au premier abord, la couverture pourrait sembler sage, presque trop consensuelle : un message de fraternité, dans le prolongement des grands rassemblements de dimanche. « Tout est pardonné » : pourquoi pas, à condition de se souvenir avec Jacques Derrida qu’on ne peut pardonner que l’impardonnable.

Mais le dessin et le titre peuvent se lire de façon plus ironique : si Mahomet lui-même se sent Charlie, alors oui, tout est pardonné aux amis de la dernière heure et aux récupérateurs de tous poils.

Et l’impertinence est là, discrète mais bien présente, au cœur du dessin de Luz. Si le visage de Mahomet est d’une profonde tristesse, il ne faut pas beaucoup d’efforts pour trouver des allures de bite à son turban. Et la larme blanche rappelle cette fiente de pigeon sur l’épaule de François Hollande, qui fit pouffer Luz dimanche.

Bref, c’est une vraie image, directe et complexe à la fois, un parfait mélange d’intelligence et d’évidence. Merci à Luz pour son courage et son talent. Merci Charlie.

29 novembre 2018

On connaît la définition de Flaubert dans le Dictionnaire des idées reçues (publication posthume en 1913) : « Poésie (La) : Est tout à fait inutile : passée …

17 octobre 2018

Presque tous mes livres traitent de l’amour, on me demande parfois pourquoi. C’est un choix romanesque plus qu’une obsession. Un thème intime, comme la neige …

28 août 2018

Sur l’adaptation au cinéma il y a presque autant de livres qu’il en est sur la question du scénario. Certains de ces ouvrages sont excellents, …

7 juin 2018

En 1694, Charles Perrault lance une bombe, qu’il prend soin de ne pas signer tellement le scandale est énorme, dans le jardin du classicisme : un …

2 mai 2018

            Christian par Sandrine Willems C’était il y a deux mois à peine. Il était à bout de forces – …